DANSE | SPECTACLE

Rice

21 Avr - 24 Avr 2016
Vernissage le 21 Avr 2016

Le Théâtre de la Ville présente Rice, une création du Cloud Gate Dance Theatre, première compagnie de danse contemporaine de culture chinoise. La chorégraphie de Rice, écrite par le taïwanais Lin Hwai-min, mêle les gestes traditionnels du paysan aux mouvements de la danse contemporaine pour raconter une histoire de la culture du riz.

Depuis ses débuts en 1973, le Cloud Gate Dance Theatre, première compagnie de danse contemporaine de culture chinoise, est devenu un symbole de Taïwan, île-État qui mise sur la culture pour affirmer son autonomie vis-à-vis de la Chine continentale. La compagnie présente aujourd’hui la création Rice au Théâtre de la Ville.

La danse du Cloud Gate, où fusionnent techniques traditionnelles et modernes, a forgé une part importante de l’identité actuelle de Taïwan, jusqu’à la création de Rice, pièce imaginée pour fêter les quarante ans de la compagnie. Une comète découverte en 2010 par l’observatoire national de Taipei porte le nom de la compagnie et son chorégraphe, Lin Hwai-min, figure aujourd’hui dans les manuels scolaires taïwanais.

Les créations de Lin Hwai-min sont sensibles au lien entre l’homme et le sol ainsi qu’au rythme de la nature et de la vie. En découvrant Rice, on ne peut s’empêcher d’y voir une œuvre qui résume un cycle de créations et l’ouvre vers de nouvelles aventures. En janvier 2015, le Cloud Gate a enfin emménagé dans son propre théâtre, construit à Taipei au sommet d’une colline pour accueillir Lin Hwai-min et ses cent vingt collaborateurs.

Tout au long de Rice, les quatre décennies du Cloud Gate se reflètent dans les quatre temps de la culture du riz. En amont, Lin Hwai-min et ses danseurs sont allés travailler dans les champs aux côtés des paysans pour s’imprégner de leurs gestes ancestraux. Ils les ont ensuite croisés avec ceux de la danse contemporaine pour en tirer une pièce qui, plus que jamais, permet au spectateur occidental d’adopter à son tour cette respiration asiatique profonde.

Les vingt quatre danseurs de la pièce incarnent tour à tour les pousses de riz, le vent, l’eau et le feu. Leur danse sobre et poétique irrigue les images filmées par Chang Hao-jan, dit Howell. Le cinéaste a passé deux ans à suivre l’évolution d’un même champ de riz à Chihshang, dans le sud-est de l’île, endroit choisi parce que les paysans y sont passés d’une agriculture industrielle à des méthodes douces et durables. Aussi Rice résume-t-il tout l’engagement de Lin Hwai-min pour les arts et pour la vie.