ART | EXPO

Rétrovision

11 Fév - 07 Avr 2009
Vernissage le 10 Fév 2009

Rétrovision est un voyage temporel où le temps et la matière sont comme suspendus. Charlotte Charbonnel renverse le centre d’art de La Maréchalerie, la grande baie vitrée s’effondre, se brise et reste figée à un mètre du sol.

Charlotte Charbonnel
Rétrovision

Charlotte Charbonnel perçoit La Maréchalerie comme un lieu en trompe l’œil, Versailles comme une ville désaxée entre son château qui a des allures de légende et l’urbanisation déconcertante de la place jouxtant le centre d’art. Or, quand Versailles sort de sa légende, le touriste est perdu et le Versaillais devient un banlieusard.

L’installation Rétrovision renforce l’impression de désorientation et amplifie les décalages temporels de la ville et les décalages spatiaux du centre d’art, ses improbables décrochements, les dénivelés entre les sols, les différentes strates architecturales. Rétrovision est un voyage temporel où le temps et la matière sont comme suspendus.

Charlotte Charbonnel renverse le centre d’art, la grande baie vitrée s’effondre, se brise et reste figée à un mètre du sol, retenue par des grandes colonnades de sel qui gouttent du plafond. Pendant que le visiteur constate le désastre, il déclenche des souffles sonores. Entrer dans Rétrovision, c’est traverser le miroir et faire l’expérience d’un paysage instable pour repérer les dissonances de la salle d’exposition et de la ville.

Dans ces précédents travaux, le son participe de l’exploration de la matière : elle la donne à entendre au moyen d’objets d’écoute comme Ormeau – hybridation d’un sonotone avec de la faïence -, Stethospheres – instrument sonore collectif – ou Sonde – stéthoscope à ausculter les murs. L’artiste pousse la matière à former sa propre illusion.

Aussi, l’énergie de 126 citrons projette l’image d’une tranche de citron (Jesvit, 2008). De même, à La Maréchalerie, c’est la cristallisation du sel qui produit ce paysage hivernal et les flaques de verres sont inspirées de l’intrigante taxinomie de cette matière : la viscosité du verre le classe dans les liquides et pourtant, il ne coule pas.

Un document d’artiste – Rétrovision – est publié à l’occasion de cette exposition.

Vernissage
Mardi 10 février 2009 à 18h.

Evénement
Samedi 21 mars
Sortie de la publication Rétrovision.

Un document d’artiste – Rétrovision – est publié par La Maréchalerie à l’occasion de l’exposition de Charlotte Charbonnel.

Cette première publication présente les recherches de l’artiste qui ont permis l’élaboration du projet à Versailles : observation de l’activité géothermique et des phénomènes climatiques en Islande, transformation poétique et sonore de l’énergie.
Textes de Catherine Strasser et de Charlotte Charbonnel. 36 pages. 8 euros.

Rétrovision : voyage temporel – Paris 1869, Islande 2008, Versailles 2009.
«  Paysage d’illusion ou illusion d’un paysage ? Faille spatio-temporelle | Ligne d’horizon absurde, sol décollé, impression d’un trompe-l’œil. | Niveau de la mer à travers le hublot, sur un bateau. | Architecture bricolée, composites, éléments recomposés, collage de temporalités. »