PHOTO | EXPO

Rester vivant

23 Juin - 11 Sep 2016
Vernissage le 23 Juin 2016

Michel Houellebecq a conçu au Palais de Tokyo une exposition structurée comme un roman. Au fil d’un parcours fait de bifurcations et d’options narratives, des photographies, installations et films réalisés par lui ou des artistes invités revisitent ses thèmes récurrents : la société déshumanisée, l’artificialité des lieux de loisirs, la solitude humaine...

AGENDA / ART / PHOTO
Michel Houellebecq
Rester vivant

Le Palais de Tokyo prolonge son exploration des liens entre littérature et création contemporaine avec une exposition conçue par Michel Houellebecq. Sous le titre «Rester vivant», qui reprend celui d’un de ses essais paru en 1991, il expose des œuvres sonores, des photographies, des installations, ainsi que ses propres films et ceux d’artistes invités. Conçue comme une œuvre en soi, à but narratologique, l’exposition cherche à réinventer la notion d’exposition.

Alors que la photographie a toujours joué un rôle important dans son travail en tant que poète, essayiste, romancier et réalisateur, Michel Houellebecq saisit cette fois l’occasion d’estomper les limites entre littérature, photographie et cinéma, et entre réel et fiction.

Le parcours est conçu comme un scénario qui introduit dans l’univers et les obsessions de Michel Houellebecq. Concevoir cette exposition lui a permis d’accomplir ce qu’il n’avait qu’imparfaitement réalisé dans ses romans: croiser plusieurs modes narratifs au sein d’une même œuvre, sans que l’un l’emporte sur l’autre. Les options narratives qui n’ont pas trouvé leur place dans ses romans, sont concrétisées par des bifurcations au sein de l’exposition, sous la forme de passages obligatoires et d’autres facultatifs qui brisent la linéarité temporelle.

Cent quarante photos déclinent les thèmes majeurs de Michel Houellebecq. La série Tourisme reflète, dans une profusion de couleurs éclatantes, l’artificialité des lieux de loisirs et de la nature domestiquée, ainsi que la fausseté du bonheur que l’on y vend. Des clichés de paysages arides renvoient une vision sans espoir de la vie humaine, marquée par la solitude et le nihilisme.

L’exposition inclut également des sons, installations, films et autres œuvres d’artistes invités tels que Maurice Renoma, Robert Combas et Iggy Pop. Construite comme un roman, elle débute par l’injonction «Faites vos jeux» et se referme sur la photographie Mission #001, une vue aérienne en noir et blanc barrée d’un message : «Vous n’avez aucune chance».

Vernissage
Jeudi 23 juin 2016