DANSE | SPECTACLE

Rencontres Chorégraphiques. Your Ghost Is Not Enough

10 Juin - 11 Juin 2014
Vernissage le 10 Juin 2014

Avec Your Ghost Is Not Enough, Frank Micheletti pose la question de «l’être seul» et de «l’être en relation» au cœur de sa création. Qui est-on quand on est avec soi-même ? Comment crée-t-on une relation? Etc. Autant d’interrogations qui vont s’incarner sur le plateau dans deux duos en miroir: les deux danseurs et les deux musiciens.

Kubilai Khan Investigations
Rencontres Chorégraphiques.
Your Ghost Is Not Enough

Frank Micheletti aime les titres musicaux et mystérieux, comme s’ils portaient en eux une fiction. Avec Your Ghost Is Not Enough, il met d’emblée la question de l’être seul et de l’être en relation au coeur de son questionnement: qui est-on quand on est avec soi-même, est-on seulement avec soi-même, jusqu’à quel point la perception de soi est-elle malléable? Comment crée-t-on une relation, sachant que l’écart, la séparation sont nécessaires à sa construction, que le rapport aux distances et aux proximités la fondent? Il dédouble d’ailleurs la problématique en posant deux duos en miroir sur le plateau, celui constitué par les deux danseurs et celui constitué par les deux musiciens —dont lui-même.

Au-delà de son envie de travailler avec Idio Chichava, compagnon de longue date de la compagnie et Sara Tan qui l’a rejointe plus récemment, il s’agit de creuser les deux axes de la combinatoire formée par deux danseurs: que nomme-t-on unicité, individuation? Comment se construit une relation, de quoi s’alimente-t-elle? Et comment peut-on dans cette configuration désajuster les formes attendues? Plus proche de la métaphysique et des questions de perception que des problématiques identitaires, c’est d’abord en s’appuyant sur la personnalité de ses interprètes, considérés comme toujours chez ce chorégraphe comme des êtres uniques, singuliers et pluriels que la pièce explore ces interrogations anciennes. C’est en parcourant le spectre infini des impulsions, une matérialité plus intense des gestes, de leur stylisation, que les corps précisent leurs intentions, leur acuité et leur trouble, rétifs à toute domestication. Frank Micheletti le dit à sa manière: avec Your Ghost Is Not Enough, il voudrait «faire sortir la syntaxe de ses gonds». Tout est là: utiliser la grammaire chorégraphique tout en s’échappant sur des chemins de crête, des routes plus accidentées, libérer les parcours et accepter l’instabilité. Comme les fantômes, être, apparaître, in-apparaître et ouvrir à la pluralité des mondes.