PHOTO | RENCONTRE

Rencontre avec les artistes Ursula Biemann et Wim Catrysse

30 Jan - 30 Jan 2015
Vernissage le 30 Jan 2015

Dans le cadre de l’exposition « Inventer le possible. Une Vidéothèque éphémère », présentée jusqu’au 8 février 2015, le Jeu de Paume organise une rencontre-projection avec les artistes Ursula Biemann et Wim Catrysse. Celle-ci sera animée par Hilde Van Gelder et Marta Ponsa Salvador, commissaires de la Vidéothèque Ephémère.

Ursula Biemann, Wim Catrysse
Inventer le possible. Une Vidéothèque éphémère
Rencontre avec les artistes Ursula Biemann et Wim Catrysse

Dans le cadre de l’exposition « Inventer le possible. Une Vidéothèque éphémère », présentée jusqu’au 8 février 2015, le Jeu de Paume organise une rencontre-projection avec les artistes Ursula Biemann et Wim Catrysse animée par Hilde Van Gelder et Marta Ponsa Salvador, commissaires de la Vidéothèque Ephémère.

Ursula Biemann est née à Zurich en 1955. Elle vit et travaille à Zurich. Vidéaste et théoricienne, Ursula Biemann développe une pratique fortement axée sur la recherche, mêlant travail de terrain et documentaire vidéo sur des zones frontalières, des lieux de circulation de populations et de ressources. Dans ses installations vidéo Black Sea Files (2005), Egyptian Chemistry (2012) et Deep Weather (2013), elle s’intéresse à l’écologie sociale du pétrole et de l’eau. Sa dernière œuvre vidéo, Forest Law (2014), traitant des ressources écologiques de l’Amazonie, lui a été commanditée par le Broad Art Museum du Michigan.

Wim Catrysse est né à Louvain en 1973. Il vit et travaille à Anvers. Depuis la fin des années 1990, Wim Catrysse s’intéresse, dans ses installations vidéo, aux limites des constructions visuelles en prenant comme point de départ un édifice architectural ou des éléments topographiques. Il traduit ses recherches en œuvres cinématographiques où la mise en jeu de forces élémentaires et leur équilibre jouent un rôle essentiel. Il en résulte une accumulation d’images qui communiquent une menace physique, d’images qui recèlent quelque chose de dérangeant et, souvent, contestent l’évidence de nos perceptions les plus banales.

Œuvres présentées:
Forest Law d’Ursula Biemann (2014, vidéo, couleur, 40’, vo st ang)
L’Amazonie équatoriale et de nombreux autres endroits de la forêt tropicale sont devenus le théâtre de opérations massives d’extraction qui pèsent très fortement sur une extraordinaire biodiversité et réserve d’eau. Forest Law s’immisce dans des zones de la forêt tropicale particulièrement touchées par ces opérations et aborde des affaires judiciaires nées de la nouvelle loi constitutionnelle sur les droits de la nature et les droits internationaux des autochtones. Le projet essaie d’appréhender les dimensions écologiques et cosmologiques de ces combats engagés au nom de la forêt et des gens qui la cultivent, en dessinant les contours des enjeux juridiques, scientifiques, éthiques et politiques qu’ils soulèvent.

Outward-Bound de Wim Catrysse (2010, vidéo, couleur, 18’30’’, sonore)
Outward-Bound renvoie à une certaine idée de science-fiction, non pas dans son acception de fantaisie technologique mais plutôt comme un moyen de représenter la culture d’un point de vue historique et topographique. Tourné autour d’un cratère volcanique en activité à l’est de Java, les couleurs toxiques, les formes coagulées et les émissions massives de fumées sulfureuses font vaciller notre conception commune du paysage en rendant ce dernier irréel, presque fictif. On ne sait plus dire s’il appartient au passé, s’il vient de naître, ou s’il préfigure un incident qui aurait vocation à se produire dans le futur.

Informations
Auditorium du Jeu de Paume
Vendredi 30 janvier 2015 à 18h30
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Renseignements : infoauditorium@jeudepaume.org