PHOTO

Rainer Ganahl

PProfondeur de champ
@12 Jan 2008

Un travail photographique entamé en 1995 (Seminar/Lectures) et une vidéo (Homeland Security I-V): deux pièces qui interrogent les conditions de la transmission intellectuelle et culturelle au travers de l’énonciation langagière.

Les deux pièces de Rainer Ganahl, l’une photographique et l’autre vidéo, sont placées en vis-à-vis dans la galerie.
La série Seminar/Lectures présente, sous la forme de diptyques ou de triptyques, des hommes et des femmes figés, apparemment silencieux, et des individus assurément en plein discours.
Depuis 1995, Rainer Ganahl parcourt les plus grandes universités américaines pour assister à des conférences dont les sujets le passionnent. Chaque fois, il photographie l’intervenant, l’audience, et parfois le support visuel de la conférence (projections ou diaporamas). Lui-même se place dans un subjectif entre-deux pour montrer le point de vue du public comme celui de l’orateur. D’éminents intellectuels se retrouvent figés par la photographie dans un processus de transmission du savoir face à un public situé dans une posture de réception.

Ganahl ne figure pas le discours, mais les conditions de sa réception. Ce qui est ici rendu perceptible, ce n’est évidemment pas le thème de la conférence indiqué par le cartel, comme Griselda Pollock, Killing Men/Dying Women: Myth, Gesture and Sexual Difference in the 1950s, Colloquium « Fémininmasculin », Les Revues Parlées, Centre Georges Pompidou, Paris 2/2/1996, mais plutôt la tension qui lie et sépare un auditeur de son public, plus ou moins nombreux, plus ou moins confortablement installé, dans des cadres aussi divers que des écoles ou de grands hôtels.
Sont ici rassemblés des penseurs internationaux appartenant à des disciplines très variées (des sciences à l’art contemporain), et saisis dans le cours dune parole réduite à une gestuelle souvent théâtralisée par le dispositif. On assiste à la spectacularisation de la transmission de la connaissance, au décalage entre l’émetteur et le récepteur en vigueur dans l’enseignement universitaire.

La seconde pièce se compose d’une vidéo accompagnée d’un tissu brodé accroché au mur. Dans la vidéo, l’artiste lui-même prononce, devant une autre broderie aux initiales de CNN, des paroles en onze langues différentes.
Devenu présentateur d’une émission fictive de news à l’américaine, Rainer Ganahl témoigne avec cette performance de son travail sur la langue : sa démarche artistique le conduit à apprendre le plus grand nombre de langues possibles, la dernière étant l’arabe qu’il étudie plusieurs heures par jour.

Il procède également à une réflexion sur la transmission par le langage. Des phrases comme « Je ne suis pas un terroriste », ou « Je ne suis pas un fanatique religieux », ou « Je ne donne pas d’argent aux réseaux terroristes », ou « Je ne sais pas fabriquer de bombes », ou encore « Je ne télécharge pas d’informations dangereuses sur internet », dictées par le département américain pour la sécurité, prennent un sens différent selon qu’elles sont énoncées en anglais, en allemand ou en arabe. Ce contenu spécialement formaté pour défendre la sécurité d’un pays perd de sa pertinence lorsqu’il est prononcé dans une autre langue.
L’artiste poursuit sa réflexion sur l’idée et les limites d’une globalisation de la connaissance en prononçant un discours « mondialisant » et « mondialisable ». Accompagnant la vidéo, la broderie réalisée par une tribu Pachtoun d’Afghanistan, propose la question « Next Target ? », à laquelle les membres de la tribu ont répondu : « Islam is a religion of peace ».
Face à la question brodée en anglais, la réponse brodée en arabe est une parole de sagesse qui jette notamment le doute sur la légitimité des questions diffusées par la vidéo, et inspirées par l’acharnement d’un gouvernement américain prêt à l’assaut. La parodie des émissions de la télévision CNN au travers de cette série de questions-réponses s’adresse également à l’actualité-spectacle qui sy déploie.

Dans ces deux réalisations, l’une silencieuse et l’autre sonore, Rainer Ganahl propose une réflexion sur la production de sens par le langage. D’une part, un savoir théorique et critique spectacularisé dans sa transmission et pour lequel les mots sont la raison même de l’échange ; d’autre part, une incommunicabilité entre des cultures inconciliables dans leur rapport au pouvoir. Babel pour laquelle le langage n’est plus la condition de l’échange entre les cultures, mais bien son obstacle.

Rainer Ganahl
Seminar/Lectures, 1995-2002. Photos couleur.
Homeland Security I — V, 2003. DVD et broderie manuelle sur tissu.

AUTRES EVENEMENTS PHOTO