ART | EXPO

Quaternary Unfolded

14 Mar - 19 Mai 2021
Vernissage le 14 Mar 2021

Observation scientifique et pratique artistique se mêlent dans l’œuvre de l’artiste argentine Irene Kopelman. L’exposition « Quaternary Unfolded » (Quaternaire déplié) présente à la galerie Jocelyn Wolff, ses travaux sur les couleurs, les reliefs et les formes du monde qui nous entoure.

Irene Kopelman est née en Argentine et vit à Amsterdam. Son œuvre repose sur l’idée que la création artistique et la recherche scientifique visent l’une et l’autre à comprendre le monde. Elle collabore donc avec des laboratoires scientifiques. Son exposition « Quaternary Unfolded » (Quaternaire déplié) est présentée à la galerie Jocelyn Wolff.

« Quaternary Unfolded » : une étude en jaune

Les couleurs, qui sont de l’ordre des sciences et des arts visuels, sont un sujet idéal pour Irene Kopelman. Depuis dix ans, elle crée une palette de couleurs issues de ses observations de terrain. En 2012, elle a catalogué les nuances de vert présentes dans la forêt tropicale de Bornéo ; en 2016, les variations de noir des roches volcaniques à Hawaï ; et en 2019, les touches de jaunes des reliefs désertiques d’Argentine.

En Argentine, Irene Kopelman a suivi des équipes d’experts qui cherchaient à expliquer scientifiquement la formation de cette couleur dans les eaux ou sur les minéraux observés. Elle a dessiné, photographié, échantillonné, pour se créer une boîte à outils créative. Ensuite, elle a travaillé sur les différentes teintes de jaunes dans des peintures – telles que les Cárcavas (2020) en rapport aux crevasses du relief argentin —,  et dans des sculptures telles que sa céramique On Yellows (2019) qui ressemble à des parois de canyons.

« Quaternary Unfolded » : la texture et la forme du vivant

Dans ses observations au sein du Parc national des volcans à Hawaï, Irene Kopelman s’est à la fois  intéressée à la couleur et au relief dans son «The Levy’s Flight» composé d’une série de dessins, de photographies et de céramiques représentant la texture des roches volcaniques. Des ourlés de lave durcie apparaissent ainsi dans la sculpture Levy’s Relief – Location C.

Enfin, l’œuvre Nematostella in motion (2021) porte le nom d’une minuscule créature marine, dont la constitution physique et génétique est très documentée scientifiquement. Irene Kopelman en restitue les mouvements dans un bloc de verre, superposant différentes silhouettes les uns sur les autres. Cette création s’inscrit dans son travail sur les êtres vivants microscopiques et la diversité de leurs formes.