ART | EXPO

Punctum

02 Juil - 02 Août 2009
Vernissage le 10 Juin 2009

Le plasticien Cédric Jolivet a créé quatre pièces au sein de la Chapelle Saint-Etienne d’Issensac. Celles-ci traduisent sont approche du lieu dans sa présence physique, ses singularités, mais également au travers du site naturel sur lequel elle est implantée.

Communiqué de presse
Cédric Jolivet
Punctum

Cédric Jolivet est un jeune plasticien particulièrement sensible à l’architecture, aux volumes, aux espaces…
Par le biais d’objets qui pourraient être assimilés à du mobilier mais aussi de photos ou de dessins, Cédric Jolivet interroge la manière dont nous occupons ou traversons l’espace, à la fois individuellement et collectivement.

Les objets de l’artiste visent, par leur étrangeté, à faire émerger la complexité de nos relations à l’espace où les critères d’orientation, de signalétique, se mêlent à ceux de contrôle des corps et de surveillance des groupes sociaux. Cédric Jolivet joue parfois de cette complexité, la poussant jusqu’à l’absurde, inventant des meubles dont les côtes sont les plus professionnelles possibles pour en tirer un bureau inutilisable ; ou reprenant le thème du mirador mais en l’associant à une multiplicité de miroirs plus attractifs que menaçants. Traversés par un imaginaire « critique », ces objets brouillent les évidences premières de nos perceptions.

Captivé par la singularité des lieux, il s’empreigne de la dimension culturelle et patrimoniale de la chapelle Saint-Étienne d’Issensac, mais aussi de son environnement naturel, pour réaliser l’exposition Punctum constituée de quatre pièces :
Sine Muros, une reconstitution du bâtiment à l’échelle 1/20ème.
Métamorphose, une sculpture chrysalide jouant sur les volumes et la lumière pour mieux attiser l’imaginaire du spectateur.
Jard1, une « valise-jardin » d’un mètre cube pouvant se refermer pour être transportée.
Ainsi que Huis clos, un savant jeu de miroir qui redonne vie à une porte condamnée et qui interroge le spectateur.