ART | EXPO

Psalm 29(30)

22 Avr - 04 Juin 2016
Vernissage le 22 Avr 2016

La galerie Marian Goodman accueille Dara Birnbaum. Cette pionnière depuis 1975 dans l’art vidéo présente sa dernière création, Psalm 29(30). D’un espace intense à l’autre, cette vidéo multi-écrans redonne à la notion d’urgence toute sa portée, aux antipodes de la mise en scène des chaînes d’information.

AGENDA / ART
Dara Birnbaum
Psalm 29(30)

La galerie Marian Goodman accueille en ses murs Psalm 29(30), la dernière installation vidéo multi-écrans de Dara Birnbaum qui, née à New-York en 1946, fut pionnière dans l’art vidéo avec sa première œuvre Attack Piece réalisée en 1975. Psalm, (Psaume), en référence au psaume d’action de grâce attribué au roi David, est pour Dara Birnbaum un chant solennel qui, tiraillé selon elle entre la lumière et l’ombre, la vie et la mort, abreuve sa réflexion et son travail.

Hier et aujourd’hui plus que jamais, la vidéaste américaine cultive le refus forcené de cantonner la présentation d’images animées à une projection unique dans le noir. À cette facilité propre à l’imagerie télévisuelle et à l’idéologie de masse qu’elle véhicule, Dara Birnbaum réplique par une forme complexe qui happe.) L’installation Psalm 29(30) est dotée d’écrans multiples juxtaposés et son dispositif demande que l’on pénètre en son cœur. Il se mérite.

L’espace extérieur de l’installation vidéo Psalm 29(30) nous environne d’une sérénité absolue, en l’espèce de cinq vidéos de paysages des Alpes italiennes réalisées par l’artiste en 2011 lors de sa résidence à la Fondation Rockefeller de Bellagio au bord du lac de Côme. Là tout n’est que cieux roses et cimes montagneuses guettées par l’obscurité. Ces images se forment sous nos yeux en même temps que notre oreille s’emplit du Psaume 29(30) entonné par un chœur de moines de l’ordre des Chartreux. La sérénité qui irrigue les deux sens du visiteur agit comme une gangue, un premier cercle protecteur avant qu’il ne soit incité à entrer au cœur de l’installation.

Ici, l’écran est assailli d’images de la guerre civile en Syrie tournées en 2014. Trouvées notamment sur Internet, elles délivrent des témoignages directs et à vif du conflit qui, dépourvus de la mise en scène dont les médias les lestent d’ordinaire, s’expriment dans toute leur sensibilité. La partition originale de Benezra qui s’inspire de la musique syrienne les accompagne avec force. D’un espace l’autre, d’une intensité l’autre, en passant des images de la quiétude des montagnes transalpines au désarroi intense du conflit syrien, l’installation vidéo multi-écrans de Dara Birnbaum redonne toute sa portée à la notion d’urgence.

Vernissage
Vendredi 22 avril, 18h-20h.

Informations
79, rue du Temple
75003 Paris