ART | EXPO

Projet N.F.F. New French Fauvism

15 Déc - 23 Jan 2010
Vernissage le 15 Déc 2009

Les travaux de Chantal Raguet ont pour objet le dresseur de fauves en tant que figure héroïque et médiatique.

Chantal Raguet
Projet N.F.F. New French Fauvism

« Projet N.F.F. se présente comme un mouvement inédit. Il contient un ensemble de pièces qui lui sont reliées, de factures et techniques très diverses et réalisées entre 2003 et 2009.

Au tout début, j’ai été motivée par une incohérence relevée au fil d’histoires croisées. Les peintres fauves ont été désignés ainsi car rattachés par un emploi flamboyant voire outrageant de la couleur et pour leur capacité à contrarier l’instinct. Ils se sont principalement adonnés à la peinture de paysages et de portraits.

Le soucis est qu’en réalité les fauves, ici animaux super-prédateurs, voient en noir et blanc. C’est dans le prolongement de la représentation du « paysage » et autour de la figure de célèbres dresseurs que j’articule l’ensemble du projet N.F.F.. Ce qui me plaît dans le portrait du dresseur de fauves, c’est son potentiel d’incarnation d’héroïsme, son impact médiatique.

Il entre dans la cage où sont mêlés tigres et lions pour les groupes mixtes, jusqu’à 20 fauves en simultané. Je pense que son show est construit autour de sa domination sur l’indomptable et sur sa mise en péril. Il y aura eu les supplices des condamnés dévorés, les massacres et sacrifices de fauves dans l’Antiquité, les combats pour asseoir l’autorité des puissants, les ménageries princières, les chasses coloniales, les arènes privées puis l’abolition des spectacles violents.

Aujourd’hui, les maires de France tolèrent au coeur des villes, leur implantation provisoire, celle d’un nomadisme forcé. Leur présence souligne la juxtaposition de questions historiques, sociales, symboliques ou éthiques complexes évoluant sur fond de kitsch populaire, de danger et de succès.

J’aime l’idée d’une implantation autorisée car passagère et je souligne l’aspect décoratif et politiquement correct de l’occupation du terrain par les machines, les hommes et les bêtes. J’ai établi des correspondances frappantes avec les bases et campements militaires, la nécessité d’emploi de stratégies d’adaptabilité et de défense, la constante présence du danger de mort. Il y a aussi des liens avec les toiles de tentes et les principes du camouflage.

Ces éléments sont très importants dès lors que l’on aborde les notions de naturel et d’artificiel ou les notions de sauvagerie, d’instinct ou de culture ainsi que ce qui serait lié au paysage, au décor ou au panorama. » (Chantal Raguet)