ART | EXPO

Projet in situ

03 Juil - 23 Oct 2011
Vernissage le 02 Juil 2011

La Chapelle Jeanne d’Arc de Thouars invite Daniel Buren à concevoir un travail in situ dans l’architecture néo-gothique de son espace d’exposition afin d'établir un dialogue entre l’art d’aujourd’hui et ce bâtiment patrimonial.

Daniel Buren
Projet in situ

Copie au XIXème siècle d’une architecture religieuse de la fin du Moyen âge, la Chapelle Jeanne d’Arc de Thouars impose sa réalité spatiale, architecturale et historique. Commentaire d’un commentaire chaque fois recréé par les artistes qui l’investissent, la chapelle interroge et met en question la notion de patrimoine en se faisant chaque été laboratoire de formes, d’espace et de volumes.

Au fil du temps, une collection singulière de propositions artistiques in situ s’est constituée, que des publications gardent en mémoire, moins sans doute que les habitants de la ville qui découvrent chaque année avec curiosité les métamorphoses opérées sur leur chapelle qu’ils considèrent en effet comme un édifice symptomatique de la ville.

Dans l’ouvrage Mot à mot, il est écrit de Daniel Buren qu’il vit et travaille in situ. Pas d’autre lieu de travail pour ce très grand artiste que l’espace d’intervention dans sa plus extrême polymorphie. Des premiers affichages sauvages en 1967-68 aux dispositifs parfois complexes, souvent d’une évidente simplicité, qu’il développe dans l’espace extérieur ou intérieur, dans un lien étroit avec l’architecture, avec toujours « l’outil visuel » -des bandes verticales blanches et colorées de 8,7 cm de large, Daniel Buren s’est affirmé comme artiste des sites, des lieux et des espaces architecturaux, qu’ils soient privés ou publics.

A considérer le déroulement de son travail depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui, où il déploie une infatigable activité à travers le monde, il était naturel, pour autant qu’il accepte de s’y intéresser, d’inviter Daniel Buren à investir un lieu d’exposition qui engage à ce point les artistes à réagir à ses propres spécificités.

Si la production de Daniel Buren est extrêmement riche et abondante, c’est la découverte d’un travail qu’il avait mené au centre d’art Le Lait à Albi en 2008 qui nous avait donné l’idée de l’inviter à la Chapelle Jeanne d’Arc. Certes, la situation était différente, mais dans une certaine mesure elle se rapprochait de celle de la Chapelle. Là, toutes les dimensions des anciens moulins avaient été magistralement prises en compte et traitées dans la proposition de Daniel Buren.

Sans augurer du projet que Daniel Buren concevra à Thouars, on ne doute pas qu’il saura s’approprier l’espace néo-gothique de la Chapelle Jeanne d’Arc. Le projet imaginé pendant le printemps 2011 sera présenté au public à partir du 2 juillet.

Accueillir Daniel Buren est donc un moment fort et attendu dans la confrontation qui s’instaure chaque année entre l’art d’aujourd’hui et le bâtiment patrimonial. C’est aussi une grande chance pour le public de Thouars et de sa région que de découvrir, dans une immédiate proximité, le travail et la démarche d’une des figures majeures de l’art d’aujourd’hui. (Jean-Luc Dorchies)