PHOTO

Prix international de Peinture

Le prix international de Peinture de la Ville de Vitry-sur-Seine privilégie explicitement la peinture, orientation forte mais singulière au regard de la multiplicité des médiums en usage dans la production contemporaine, particulièrement celle des jeunes artistes.

Le Prix international de Peinture de la Ville de Vitry-sur-Seine a lieu chaque année depuis 1969. Le jury désigne les deux lauréats, âgés de moins de quarante ans, qui reçoivent chacun une somme de 4500 euros et l’engagement qu’une exposition sera organisée dans la galerie au cours des six mois, avec un petit catalogue. Les œuvres primées rejoignent la collection municipale.
L’orientation du prix et la qualité de la sélection sont garanties par un jury composé d’artistes aussi reconnus que Christian Bonnefoi, Pierre Buraglio, Richard Di Rosa, Julio Le Parc, Bernard Piffaretti, Gérard Traquandi, Vladimir Vélickovic.

Ce prix a pour particularité de privilégier explicitement la peinture, orientation forte mais singulière au regard de la multiplicité des médiums en usage dans la production contemporaine, particulièrement celle des jeunes artistes. Cette posture est-elle pour autant décalée par rapport aux préoccupations du champ artistique actuel ? Faut-il encore confondre contemporanéité d’un médium avec contemporanéité d’une œuvre ?

Si cet ancrage pictural, voulu par la municipalité, était récemment encore franchement à contre courant des grandes directions de l’art contemporain international, il est désormais en complète résonance avec elles — qu’il suffise de citer, pour la seule saison précédente, les expositions Urgent Painting, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, et Cher peintre, au Centre Pompidou, l’une et l’autre témoignant d’un net « retour » en grâce des pratiques picturales, même si elles se sont beaucoup diversifiées et déployées dans des directions souvent inattendues.

Toutes les œuvres sélectionnées ne sont, en effet, pas des peintures au sens strict du terme comme en témoigne le travail de l’un des lauréats. Le jury a su accueillir des œuvres au statut hybride, s’émancipant du mur, jouant de multiples matériaux, mélangeant les médiums. L’ensemble des productions est cohérent, bien maîtrisé et manifeste d’un savoir-faire.

Un prix a été décerné à Dominique De Beir pour Boite bleue : une grande boite entrouverte (1,60 m de côté) faite de carton bleui au carbone, posée verticalement au mur. En cheminant à l’intérieur, le regard joue avec les interstices créés par la juxtaposition des deux parties de la structure. Le carton est griffé, troué, percé avec un tel acharnement que parfois il ne résiste pas. Par endroits restent coincés des petits bouts de carbone. Pas un centimètre carré de la boîte n’est épargné. Les différentes traces laissées par ces actions forment comme des nuées de densité irrégulière qui semblent se déplacer sur l’espace blanc du carton d’emballage. Dominique De Beir crée ainsi de petites percées lumineuses qui incitent le spectateur à jouer de cet aller-retour entre l’intérieur et l’extérieur de l’œuvre.
À la fois objet, peinture, installation, cette œuvre aux entrées multiples s’émancipe et joue du mur de la galerie, de distance et de proximité avec ce support dont elle a besoin pour tenir… mais pour mieux s’en éloigner.

L’autre prix a été décerné à Xavier Drong pour une peinture sans titre mais au contenu pour le moins évocateur… Des nappes de peinture aux tons acidulés jouent de transparence et d’opacité, de superposition, parfois même de pénétration. Cette œuvre est manifeste d’un savoir-faire indéniable où la rapidité et la maîtrise du geste le disputent à la sensualité des masses colorées.
Cette belle et très sensuelle peinture se donne que comme une métaphore de la peinture elle-même et surtout de l’acte amoureux. Un langoureux baiser.

L’ensemble de l’exposition regroupe trente quatre œuvres aux approches très diversifiées, mais qui interrogent la peinture avec une inventivité renouvelée.

Dominique De Beir
Boîte bleue, 2002. Boîte bleue, carton et carbone. 160 x 160 cm.

Xavier Drong
Sans titre, 2002. Acrylique sur toile.