DANSE | SPECTACLE

Prélude à l’après-midi d’un faune. Sacre du printemps

10 Mar - 10 Mar 2017

Dans le cadre de la dix-neuvième Biennale de danse du Val-de-Marne, Marie Chouinard présente L’après-midi d’un faune et Le sacre du printemps, deux spectacles interprétant les compositions originales de Claude Debussy et Igor Stavinsky. Deux interprétations qui célèbrent l'élan vital qui porte le corps humain.

Avec Prélude à l’après-midi d’un faune et Le sacre du printemps, Marie Chouinard se propose d’interpréter les compositions respectives de Claude Debussy et Igor Stravinsky. Ces deux spectacles sont désormais réunis en un seul et même programme.

Prélude à l’après-midi d’un faune : l’origine d’une création

La création de Prélude à l’après-midi d’un faune est née d’un concours de circonstances. Alors que Marie Chouinard est en tournée avec sa troupe à Taïwan en 1994, où elle invitée à présenter Le sacre du printemps d’Igor Stravinsky lors du Festival international de Taipei, les responsables de ce dernier lui suggèrent d’ajouter à son programme initial le Prélude à l’après-midi d’un faune. Sensible à cette suggestion, Marie Chouinard se rend compte par ailleurs que la composition de Claude Debussy n’a jamais été interprétée sur scène. Marie Chouinard entreprend alors de créer une version dansée de cette oeuvre prenant la forme d’un solo aujourd’hui présentée lors de la dix-neuvième Biennale de danse du Val-de-Marne.

Si la version actuelle de Prélude à l’après-midi d’un faune reprend la même chorégraphie que la version d’origine, Marie Chouinard aura été tenaillée par les mêmes doutes que Nijinski en interprétant l’œuvre de Claude Debussy. Nijinski semblait en effet peu à l’aise avec la musique de Debussy alors imposée par Serge Diaghilev. Faisant dans un premier temps une expérience similaire, le Prélude à l’après-midi d’un faune de Marie Chouinard existe désormais pleinement, unissant danse et musique.

Prélude à l’après-midi d’un faune et Sacre du printemps

Dans Prélude à l’après-midi d’un faune, le personnage du faune représente une sensualité masculine singulière. Dans l’interprétation qu’il en donne en 1912, Vaslav Nijinsky scandalise le public en raison d’une gestuelle érotique par trop suggestive et considérée alors immorale. Marie Chouinard en propose quant à elle une version personnelle en tentant de réinventer le personnage du faune. N’attribue-t-elle pas d’ailleurs ce rôle à une danseuse et non à un danseur ?

Comme dans la version dansée par Nijinski, le costume gaine le corps de la danseuse mais se voit doter de protubérances qui rendent sa silhouette plus animale. Prolongements artificiels du corps, elles semblent influencer les mouvements.

Accompagnant Prélude à l’après-midi d’un faune, Le sacre du printemps est habituellement présenté comme une œuvre célébrant la vie. Marie Chouinard propose de faire un pas de côté et d’interpréter celle-ci comme une véritable exaltation du corps humain et de ses forces vitales.

Créée en 1993, Le sacre du printemps se compose d’une suite de soli représentant les pulsions humaines dès les premiers moments de son existence. Dès lors, la pièce entend laisser toute sa place à des mouvements très physiques soulignant la liberté expressive du corps. La gestuelle peut ainsi mettre en avant l’élan vital qui porte le corps humain ou se révéler plus animale et provocante en évoquant la sexualité au moyen de souffles, de sons gutturaux et de feulements.