PHOTO | EVENEMENT

Portraits et abstractions

02 Mar - 22 Avr 2011
Vernissage le 01 Mar 2011

Localiser le sujet dans son environnement pour mieux le définir, voilà la signature d'Arnold Newman. De Stravinski à Picasso en passant par Françoise Sagan, ils sont nombreux à s’être prêté au jeu du photographe.

Communiqué de presse
Arnold Newman
Portraits et abstractions

Arnold Newman est considéré comme un pionnier du portrait environnemental. Intégrant dans la même image, le modèle et son oeuvre, il a su capturer les images définitives de nombreuses personnalités du XXe siècle. Décédé en 2006 à l’âge de 88 ans, Arnold Newman est devenu très vite célèbre pour ses portraits d’artistes après avoir été présenté au photographe Alfred Stieglitz.

Cependant, dès 1938, il poursuit en parallèle, une recherche personnelle sur des compositions abstraites. C’est la juxtaposition de cette oeuvre que nous présenterons aux Douches la Galerie, le 1er mars.

Avec la complicité des Archive Arnold Newman, Howard Greenberg Gallery à New York, la Fondation pour l’exposition de la photographie à Paris, et la galerie Valérie Bach à Bruxelles qui a présenté ce travail à l’automne dernier, nous proposons, à notre tour, de vous faire (re)découvrir ce superbe travail.

Un pionnier du portrait environnemental
On reconnaît aisément le travail de Newman. Localiser le sujet dans son environnement pour mieux le définir, voilà la signature de l’artiste. Un meuble, un cadre de vie, un accessoire suffisent parfois à illustrer le personnage. De Stravinski à Picasso en passant par Françoise Sagan, ils sont nombreux à s’être prêté au jeu du photographe.

Il a commencé par photographier les peintres issus de l’Expressionnisme Abstrait de l’École de New York qu’il a rencontré dans les années 40. Plus tard, il a photographié Picasso, Braque, Miró ainsi qu’une grande majorité des artistes modernes européens. Dans les années 60 et 70, Warhol, Frank Stella, Claes Oldenburg et Louise Nevelson, pour n’en citer que quelques-uns, posèrent devant son objectif.

Bien que sa façon de photographier ses modèles ait influencé des générations de photographes, il n’appréciait guère cette étiquette de pionnier du portrait environnemental. «Laissez tomber les étiquettes … Ce qui m’intéresse, c’est ce qui motive les individus, ce qu’ils font de leurs vies, leurs personnalités et comment je les perçois et les interprète. Mais ce qui importe avant tout, c’est que, même si la personne n’est pas connue (ou qu’elle est déjà oubliée), la photographie en elle-même soit toujours quelque chose d’excitant pour celui qui la regarde.

C’est ce dont ma vie et mon travail sont fait … je me vois simplement comme un photographe qui travaille sur le portrait, l’abstraction, les natures mortes ou autres. Donc, j’utilise le mot “portrait” dans son sens générique, en englobant tout, sans restrictions. Un grand photographe qui m’a libéré des barrières et des étiquettes fut Stieglitz. Je lui ai une fois demandé si je devais retoucher une image et il m’a répondu, « Peu m’importe ce que vous faites avec ce négatif. Vous voulez cracher dessus, le retoucher, le piétiner, peu importe … la seule chose qui compte vraiment, c’est l’image finie. Si elle est honnête, elle semblera honnête. Si elle est malhonnête, vous ou n’importe qui d’autres pourront le dire ».»

Vernissage
Mardi 1er mars 2011. A partir de 18h.