ART | EXPO

Point Ephémère : Sexy Souks

08 Mar - 01 Avr 2007

Organisée dans le cadre du 11ème Festival de l’Imaginaire, l’exposition Sexy Souks propose la vision de jeunes artistes femmes, originaires du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, sur l’imaginaire érotique de leurs régions où le voile côtoie le déshabillé...

Communiqué de presse

Ghizlane Abbadi, Buthayna Ali, Zoulikha Bouabdellah, Ninar Esber, Iman Ibrahim, Majida Khattari, Reine Mahfouz, Rana Salam, Lamia Ziade

Sexy Souks

Dans les ruelles des vieux souks de Damas en Syrie, l’oeil du promeneur était attiré, il y a une dizaine d’années, par de petites échoppes qui proposaient à la vente des sous-vêtements féminins dignes d’un sex shop parisien.
Il s’agit d’une coutume, traditionnelle et répandue, du «déshabillé»: les femmes se préparent pour accueillir leur mari qui rentre le soir, mis en «appétit» par ces tenues affriolantes.

Aujourd’hui, plusieurs boutiques ont pignon sur rue le long du Souk al Hamidiyé, le bazar de Damas qui mène à la Mosquée. Si ces sous-vêtements sont moins «pornographiques», ils sont nettement plus délirants, révélant un imaginaire érotique qui n’est pas seulement celui des individus créateurs de modèles mais aussi un reflet d’un imaginaire érotique collectif.
Les clientes sont de jeunes femmes issues de familles conservatrices de la petite bourgeoisie de Damas, toutes voilées. Les «créateurs» de ces modèles sont des hommes, des damascènes fiers de renouveler les «collections» tous les trois mois et de ne jamais proposer les mêmes modèles.

Beaucoup de questions s’imposent ainsi: quelle peut être la notion d’érotisme pour une femme qui a grandi en apprenant à cacher son corps, à ne pas le montrer ni le révéler ? Se déshabiller, même pour son mari, n’est-il pas une violence ? Ou bien, au contraire, les histoires et tout ce qui se dit entre femmes, lors des réunions ou au hammam n’est-il là que pour l’allécher et générer en elle des envies qu’elle assouvira, éventuellement, avec son époux ? Comment une femme voilée «voit-elle» sa nudité ? D’un autre côté, comment les hommes voient-ils les femmes, les mères de leurs enfants ? Jusqu’où vont leurs fantasmes ? …

Au-delà du discours sur la place qu’occupe la femme dans la société musulmane, ce qui est intéressant à explorer ici est l’imaginaire érotique en lien sans doute avec un aspect important de la culture des musulmans au sein de la société arabe du Moyen-Orient.

> Une exposition conçue par Arwad Esber et Cécile Pélissier.