ART | CRITIQUE

Poco Loco

PLaura Houeix
@15 Nov 2008

La galerie Alain Gutharc présente le travail polymorphe et curieux d’un jeune artiste Suisse. Entre code du kitch et poésie enfantine, Guillaume Pilet opère un joli tour de passe-passe de la cuisine de la mère Denis, à la galerie d’art, laboratoire de toutes les expérimentations.

Il n’est pas le premier à le faire. Bien avant lui, d’autres ont repris les codes de l’esthétique du quotidien pour les faire entrer dans le monde hermétique de l’esthétique de l’art. Lourde confrontation, lorsque, dans la salle d’une galerie, se mélangent papier peint et peintures, impression de Batik et sculptures en pâte à sel, noix de coco et fleurs séchées.

Dans le royaume du kitch rien est interdit, et Guillaume Pilet ne s’en prive pas. Avec une curiosité enfantine, l’artiste tâtonne sans retenue dans une pratique iconoclaste, créant une rencontre surprenante et ludique entre modernité et tradition, entre code de l’art et code du bricolage.
Dans ce melting pot innocent, petites sculptures en forme de lapin, grande toile recouverte de signes et de sigles, proche de l’agenda d’adolescent,  l’humour ne manque pas et permet d’interroger la valeur de chaque objet et de sa représentation.

Les travaux présentés constituent une vue d’ensemble, une sorte de corpus d’images et de formes accumulées par l’artiste, comme une réserve de matériaux, comme autant de produits de laboratoire à tester dans tous les sens.

L’exposition s’ouvre sur un simili mur de brique, autocollant géant figure du trompe l’œil ou du psychédélisme, ou encore de la peinture post-moderne ; puis, les formes géométriques simples dominent dans un joyeux mélange des genres, entre exercices d’école et référence à l’art minimal.
Ici, tout est traité sur un pied d’égalité, mélange déroutant de «non-style» et de mauvais goût, qui fait quelque peu descendre de son piédestal une esthétique séculaire n’appartenant qu’à l’art… et ses artistes. L’idéal primaire de la créativité, devient dès lors le moteur de ce travail de recherche permanente… un «poco loco», il faut le dire.

Guillaume Pilet
Mr No Thank You, 2008. Céramique, pièce unique. 28 x 12 x 10 cm.
Tube, 2008. Terre cuite et chaîne en émail. 11 x 10 x 10 cm.
A Bigger Bang, 2008. Série de 20 collages. 30 x 21,5 cm chacun.
Dog Toy, 2008. Etain. 3 x 13 x 13 cm
Cornu Copiae, 2008. Céramique.
Brick Mural, 2008. Peinture murale.