ART | CRITIQUE

Pinocchio

PLéa Bismuth
@02 Mai 2008

Jim Dine investit les deux espaces de la galerie Templon, avec un petit personnage de bois qui n’est autre que Pinocchio. Sculptures en bois, et œuvres sur papier prennent la marque du conte. L’usage que Jim Dine en fait, Pinocchio est-il un être vivant ou simplement une créature fascinante ?

Ce sont tout d’abord les sculptures qui attirent l’attention: elles sont toutes exclusivement en bois et semblent rejouer la nature même du corps de Pinocchio, être hybride entre marionnette et jeune garçon. Les sculptures sont rigides, hiératiques, statiques et présentent le petit héros dans de nombreuses postures, qui sont autant d’étapes de son aventure, à l’exemple de celle intitulée Two Thieves, One Liar, où Pinocchio est pris avec les deux voleurs, un renard et une sorte de gros chat féroce.

L’exposition des sculptures est impressionnante puisque le spectateur est placé au centre de l’histoire de Pinocchio: il est littéralement entouré par les sculptures, voire dominé par elles, par leur monumentalité et leur caractère obsessionnel.
En effet, Pinocchio est omniprésent : son visage est quasiment toujours en bois peint en rose, au grand nez ; il porte le même costume (une salopette aux jambes courtes et une chemisette). Tel un petit gymnaste un peu trop raide, Pinocchio fait des gestes arrêtés et saccadés: il a les bras levés, puis les bras en arrière, puis le long du corps ou encore croisés. Peut-être que Jim Dine se prend un peu pour Gepetto, peut-être veut-il donner la vie à la matière inanimée, peut-être cherche-t-il à être un Pygmalion des temps modernes…

A ce travail sculptural, il faut ajouter un travail graphique où Jim Dine s’empare de l’histoire de Carlo Collodi par le dessin, la gravure, la lithographie…
Jim Dine joue avec les techniques, mêlant par exemple la lithographie, la gravure sur bois et les rehauts manuels et conférant à son travail graphique un aspect un peu fondu, où les couleurs sont comme mêlées les unes aux autres, entre rigueur du trait et flou de la matière picturale. Il s’engage alors dans une véritable déclinaison des Pinocchios, comme s’il cherchait à tester les couleurs et à les faire varier. A cet égard, les titres donnés aux œuvres graphiques sont éloquents, à l’exemple de Blue Sky, Red Pants ou Old Yellow Hat. C’est comme si Pinocchio était une constante et qu’il revenait à l’artiste de la faire varier par les moyens qui sont les siens (usage de la couleur et des media artistique ).

Enfin, il faut mentionner l’important ensemble de 41 lithographies où Jim Dine exploite le rapport entre image et texte, entre narration visuelle et narration littéraire. Dans cet imposant portfolio, les aventures de Pinocchio déclenchent chez Jim Dine l’envie d’entrer au cœur de l’histoire : The Dogfish, The Assassines, The Police, les personnages de Cricket et de Gepetto prennent toute la place.

L’histoire s’anime, mais, dans l’usage que Jim Dine en fait, Pinocchio est-il un être vivant ou simplement une créature fascinante ?

Jim Dine
Sculptures
Two Boys Looking, 2006. Bois peint. 200 x 147 x 76 cm
Pinocchio Needs Attention, 2006. Bois peint. 294 x 154 x 73 cm
Two Thieves, One Liar, 2006. Bois peint. 190 x 231 x 121 cm
Pink Wash, 2006. Bois peint et vernis. 226 x 76 x 84 cm
Angel Face, 2007. Fusain sur bois vernis. 79 cm x 76 cm x 39 cm
2 Guys on Polished Steel, 2007. Bois vernis, métal. 216 cm x 170 cm x 89 cm
The Lavander Shirt, 2008. Bois vernis. 223 x 72 x 74 cm
Pinocchio (The night sky), 2007. Bois vernis. 196 x 61 x 63 cm
The Grey One, 2008. Bois vernis. 189 x 160 x 56 cm
4 Faces Cut into a Log, 2007. Bois peint et vernis. 79 cm x 234 cm x 51 cm
Living with Black Walnut, 2007. Fusain sur bois vernis. 184 x 102 x 80 cm
Stain on his body, Paint on his Face, 2008. Bois vernis. 201 x 74 x 41 cm
You Work Hard All Summer…etc., 2006. Bois vernis, scie, et échaffaudage en métal . 292 x 213 x 155 cm
Hunter’s Moon, 2007. Bois vernis. 234 x 71 x 71 cm
On the Pylon, 2008. Bois vernis sur base métallique. 264 x 122 x 137 cm
Guy with big left arm, 2008. Bois vernis. 203 x 46 x 66 cm

Dessins
Blue Birds, 2007. Pastel et fusain sur papier. 157 x 91 cm
Blue Sky, Red Pants, 2007. Fusain, aquarelle, plâtre et acrylique sur papier. 152 x 91 cm
The Centurion, 2008. Fusain, aquarelle et pastel sur papier. 189 x 89 cm
Torn Pinocchio, 1999. Huile, pastel, fusain et acrylique sur papier. 140 x 89 cm
Old Yellow Hat, 2008.Fusain, aquarelle et pastel sur papier. 152 x 100 cm
The Brisk Encounter, 2008. Fusain et pastel sur papier. 170 x 79 cm
Pinocchio (portfolio), 2005-2006. 41 lithographies dans un coffret en bois conçu par Jim Dine. 56 x 44 cm chaque