DESIGN | EXPO

Pierre Paulin, Élysée Palace

13 Mai - 11 Juin 2016
Vernissage le 12 Mai 2016

La galerie Jousse Entreprise présente, en écho à la grande rétrospective organisée par le Centre Pompidou, l’exposition «Pierre Paulin, Élysée Palace». En 1969, Georges et Claude Pompidou, le couple présidentiel, confiaient en effet au designer la décoration de trois pièces du Palais de l’Elysée.

Pierre Paulin
Pierre Paulin, Élysée Palace

En écho à la rétrospective de Pierre Paulin organisée par le Centre Georges Pompidou, la galerie Jousse Entreprise présente dans l’exposition «Pierre Paulin, Élysée Palace» certaines des pièces conçues par le designer pour des salons de l’Élysée. En 1964, le ministre des Affaires culturelles André Malraux décide de la fondation de l’Atelier de Recherche et de Création du Mobilier National, une initiative qui fait date dans l’histoire du décor officiel en France. Le designer Pierre Paulin entame très tôt une collaboration avec l’institution.

Georges Pompidou, élu président de la République au 1969, souhaite relancer l’industrie du mobilier contemporain. Désireux de donner l’exemple, le couple présidentiel veut faire entrer le mobilier nouveau à l’Élysée et prend l’initiative de réaménager les appartements privés et les salons semi-officiels du Palais. Claude et Georges Pompidou, ayant vu les prototypes de Pierre Paulin au Mobilier National, lui passent commande. Pierre Paulin intervient sur trois pièces contiguës du rez-de-chaussée: le Salon des tableaux, la Salle à manger et le Fumoir. Entre le fumoir et le couloir, une bibliothèque, constituée de dix-neuf caissons montés en quinconce, complète l’ensemble.

Une difficulté se présente lors de la conception du décor de ces pièces: le président exige la réversibilité de l’opération. Autrement dit, tout ce qui sera fait devra pouvoir être défait. Ne pouvant donc pas intervenir sur les murs, Pierre Paulin doit ruser et, pour cela, il utilise son savoir-faire de scénographe. Le designer met en place des systèmes scénographiques amovibles et autoportants, concevant des «pièces dans les pièces» grâce à l’utilisation de parois et de plafonds tendus de laine grège. Par cet emploi de techniques spécifiques au montage d’exposition, il introduit une atmosphère nouvelle au sein de l’Élysée.

Le mobilier est un vecteur symbolique du pouvoir. Pour l’Élysée, Pierre Paulin crée alors un univers clos, protégé et apaisant, et imagine un mobilier alliant rigueur et avant-gardisme. De ce mobilier, la galerie Jousse Entreprise présente plusieurs pièces à l’instar des appliques et du lampadaire grand modèle édités par Verre Lumière et de l’ensemble de fauteuils et canapé «Coussins», édité par Alpha International et Mangau, toujours sous la tutelle du Mobilier National.

Pierre Paulin se forme à l’École Camondo à Paris, puis intègre le bureau d’études de Michel Gascoin. Dès les années 1950, il débute sa carrière de designer, influencé par les travaux de Harry Bertoia, Charles Eames et Charlotte Perriand. Il s’associe à la maison d’édition Thonet en 1953, puis à Artifort, en 1958. Pierre Paulin se fait connaître au Japon et aux Etats-Unis, notamment grâce au fauteuil Mushroom, édité en 1960, et à la Ribbon Chair, créée en 1966. Ses créations ont intégré les collections du célèbre MoMA, à New York, dès la fin des années 1960. Pierre Paulin est décédé en 2009.