PHOTO | EXPO

Pierre Jamet

28 Juin - 01 Sep 2013
Vernissage le 28 Juin 2013

Avec Paris puis Belle-Ile en mer comme ports d’attache, Pierre Jamet a sillonné la France et le monde en chantant, mais toujours accompagné de son appareil photo. Dès les années 30 jusqu’à sa mort en 2000, de son regard bienveillant et curieux, il a fixé des instants de vie, comme un défi au temps qui passe.

Pierre Jamet

«Si j’aime tant la photographie, ce doit être, outre le plaisir de l’émotion et de la forme, pour le désir de prolonger l’éphémère, de sauver l’instant.»

Né en 1910 à Saint-Quentin et mort à Belle-Île en mer en 2000, Pierre Jamet a eu, dès l’enfance, deux passions: la chanson et la photographie. Dans les années 30, Pierre Jamet fait des métiers divers: radio dans la marine marchande, danseur, directeur d’une colonie de vacances à Belle-Île en mer.

Mais il réalise aussi des reportages pour divers magazines, notamment pour l’hebdomadaire Regards qui emploie aussi, à l’époque, Capa, Chim, Cartier-Bresson. Durant cette période, parallèlement, il devient membre de la chorale de l’AEAR (Association des Ecrivains et Artistre Révolutionnaires).

C’est dans ce cadre qu’il aura l’occasion de rencontrer et de photographier Jacques Prévert, alors le pilier du groupe théatral de L’AEAR. Sous le Front Populaire, Pierre Jamet joue un rôle très actif dans le mouvement des Auberges de jeunesse dont il reste, grâce à ses nombreuses photos, un témoin majeur.

En 1943, Pierre Jamet entame une longue carrière de chanteur avec le quatuor vocal Les Quatre Barbus. Pour autant, la passion pour l’image ne le lâche pas et il poursuit avec enthousiasme mais discrétion son travail de photographe qui s’enrichit des fréquents voyages et des nombreuses rencontres occasionnées par son activité musicale.

Ses photographies, qui ont la clarté et la fraîcheur de l’espoir des années d’avant guerre, puis de la paix retrouvée, ne taisent pas néanmoins des temps plus troublés comme en témoignent les photos de la libération de Paris.

Proche de Doisneau et de Willy Ronis, Pierre Jamet occupe néanmoins, avec un souffle qui lui est propre une place singulière dans l’univers des photographes humanistes.

De ses photos qui, avec leur parfum d’époque, nous font ressentir le bonheur des étés au bord de mer, la beauté des femmes, l’enthousiasme de la jeunesse sous le Front Populaire…se dégage une incontestable joie de vivre, parfois teintée d’une poétique nostalgie.

Pierre Jamet, photographe humaniste témoin de son siècle, laisse derrière lui un fonds photographique riche et éclectique, lui qui a côtoyé une France modeste aussi bien qu’une France créative, et s’est toujours montré désireux d’enregistrer le réel.