PHOTO | CRITIQUE

Photographies. Nouvelles acquisitions, 2003-2007

PMuriel Denet
@12 Jan 2008

Le Cabinet de la photographie du Centre Pompidou : un éclectisme foisonnant et finalement stimulant ; une richesse remarquable pour ce qui concerne la photographie européenne des avant-gardes de l’entre-deux-guerres.

Le Cabinet de la photographie du Centre Pompidou, créé par Alain Sayag au début des années 80, est en charge de la politique d’acquisition, et d’intégration aux collections du Musée, de ce médium très singulier. Les années 70 — les Documenta de Kassel de la décennie en furent des étapes significatives — avaient consacré la photographie comme matériau majeur de l’art contemporain, alors qu’à l’ouverture du Centre, en 1977, une trentaine de photographies seulement figuraient à l’inventaire.

La collection, qui s’est principalement constituée depuis lors par donation, dation, et legs — les acquisitions assez tardives ont été limitées par l’évolution du marché —, ne pouvait être que lacunaire. Mais, et cette exposition le montre, elle est d’une richesse remarquable pour ce qui concerne la photographie européenne, en particulier ses avant-gardes de l’entre-deux-guerres.
Et, d’un éclectisme foisonnant, puisque s’y côtoient des œuvres d’artistes et de photographes, des documents, des reportages d’auteurs, des expérimentations plastiques.

On verra ainsi dans cette exposition des œuvres photographiques importantes du surréalisme, et de l’avant-garde allemande (Man Ray, Otto Steinert, Albert Renger-Patzsch, par exemple), et des œuvres contemporaines, quelques-unes de celles entrées dans la collection avec la donation de la Caisse des dépôts, exposée au Centre l’an dernier, jusqu’aux abstractions acidulées de la série Toyota, de 2005, de Stéphane Couturier.

Ce mélange rend perceptible à la fois l’extrême porosité de ce médium, traversé par une multitude de pratiques et de postures, qui balancent sans cesse d’un champ l’autre, et la complexité de la mission du Cabinet de la photographie pour rendre intelligible ces collections.

Pour donner un aperçu des acquisitions récentes, l’exposition prend simplement le parti d’un large échantillonnage, organisé suivant un ordre plus ou moins périodique et thématique.
Ainsi, les avant-gardes de l’entre-deux-guerres ouvrent le parcours, rehaussé d’incises surréalistes contemporaines, tels la sensualité troublante d’un mannequin de Valérie Belin, ou le fantasque voyage d’un âne mené en barque par Paola Pivi.

Des rapprochements fondés sur des analogies thématiques ou formelles sont plus hasardeux, qui font se rencontrer, par exemple, un somptueux sous-bois d’Éric Poitevin, un saule pleureur frisant l’abstraction de Daido Moriyama, et l’évanescence de reflets d’arbres sur le pavé parisien des années 30, par Blanc et Demilly.

Et encore, la noirceur d’un bel ensemble autobiographique d’Anders Peterson, la fantaisie des photomatons d’André Breton et Yves Tanguy, quatre fortes images extraites du reportage mythique sur l’asile de San Clemente, par Depardon, la suite généalogique de Huan Zhang, qui rappelle, en neuf autoportraits, l’humanité à ses origines africaines, ou, plus ambigu, un panoramique afghan de Jean-Luc Delahaye, de sa série History.
Bref, un éclectisme finalement stimulant, pour un éphémère cabinet de curiosités photographique.

Wols
[Poupée sur les pavés], 1938-1939. Berlin (Allemagne), 1913 – Paris (France), 1951. Épreuve gélatino-argentique.
23 x 17 cm

Man Ray
[Jacqueline Goddard] Philadelphie (États-Unis), 1890 – Paris (France), 1976. Vers 1932. Positif couleur sur verre, Épreuve lumichrome. 11,5 x 8,7 cm

Paola Pivi
Sans titre (Âne), Milan (Italie), 1971. 2003. Série Alicudi. Photographie couleur. 180 x 224 cm

Izis
La Pluie,Vers 1930. Mariampole (Russie), 1911 – Paris (France), 1980. Épreuve gélatino-argentique. 30,2 x 24 cm

Christian Schad
Sans titre, no 13, 1918-1919, Miesbach (Allemagne), 1894 – Stuttgart (Allemagne), 1982. Schadographie. Épreuve gélatino-argentique, photogramme. 8 x 5,7 cm

Raymond Depardon
San Clemente, 1978-1979, tirée en 1984 par Hervé Huedry. Villefranche-sur-Saône (France), 1942. Épreuve gélatino-argentique. 49,5 x 59,9 cm

Yves Tanguy
Photomaton Vers 1929. Épreuve gélatino-argentique – 15,3 x 3,8 cm

Zhang Huan
Family Tree, Ang Yang (République populaire de Chine), 1965. Arbre généalogique, 2000. 9 épreuves chromogènes. Chaque épreuve. 132 x 116 cm

Zwelethu Mthethwa
Untitled (Sans titre), 2003. Durban (Afrique du Sud), 1960. Série Sugar Cane Workers, n° 12 (Coupeurs de canne à sucre, n° 12). Épreuve chromogène. 149,9 x 193 cm

Anders Petersen
Close distance (Proximité) [Détail], 2002-2004. Stockholm (Suède), 1944 Epreuve gélatino-argentique. 50 x 60 cm

Stéphane Couturier
Toyota n°1, 2005-2006. Neuilly-sur-Seine (France), 1957. Série Melting Point (Point de Fusion). Épreuve cibachrome. 120 x 250 cm