ART | EXPO

Photo-Hall Paris

12 Mai - 04 Juin 2011
Vernissage le 12 Mai 2011

Adama Kouyaté a su montrer la beauté de la femme africaine, la fierté d’un couple sur une mobylette, la joie de trois amies qui se retrouvent... Son studio, dans les années 50 à 80, est le lieu où doivent se rendre les personnes qui ne possédant pas d’appareil photo veulent garder une trace d’un événement de leur vie.

Communiqué de presse
Adama Kouyaté
Photo-Hall Paris

La photographie de Adama Kouyaté, se concentre principalement sur la photographie de studio — un espace réduit et aménagé au fond du «magasin» — où sous la chaleur de deux projecteurs se produit la rencontre du photographe et du modèle.

Le studio, dans les années 50 à 80, est le lieu où doivent se rendre les personnes qui ne possédant pas d’appareil photo veulent garder une trace d’un événement de leur vie.

Le photographe devient donc le complice de ces clients et c’est à lui de trouver la pose qui va les mettre en valeur, devant un simple rideau, un décor en papier peint ou une fresque exotique, afin de dégager une impression positive et flatteuse de leur personne, avec de simples accessoires (casquette, cravate, transistor, téléphone, bouquet de fleurs artificiel ou un scooter).

Adama Kouyaté a su montrer la beauté de la femme africaine dans son boubou de fête, la tendresse de jeunes mariés, la fierté d’un couple sur une mobylette, la joie de trois amies qui se retrouvent…

Pour sa première exposition personnelle en France, la galerie Jean Brolly présente un ensemble de photos extraites du livre Adama Kouyaté: Studios d’Afrique, édité en 2010 aux éditions Gang.

Pour marquer cet événement, Adama Kouyaté installe un studio dans la galerie. Devant un décor conçu spécifiquement pour l’occasion, il fera fonctionner son fidèle «Rolleiflex» pour les personnes qui désirent se plier au jeu de la scénographie et fixer ce rendez-vous avec Adama.

Adama Kouyaté est un photographe historique malien, né en 1928 à Bougouni (Mali). Il a fait son apprentissage en 1947 à Bamako chez les pionniers de la photographie, Bakary Doumbia et surtout Pierre Garnier, le maître «blanc» de tous les photographes de l’Afrique de l’Ouest.

En 1949, Adama ouvre son premier studio à Kati près de Bamako, qu’il quittera en 1964 pour s’installer à Ouagadougou au Burkina, puis à Bouaké en Côté d’Ivoire. En 1969, il revient au Mali pour se fixer à Ségou, passage obligé vers le pays Dogon.

Vernissage
Jeudi 12 mai.