DESIGN | EXPO

Hiquily / Marino Di Teana

06 Juin - 27 Juil 2019
Vernissage le 06 Juin 2019

Avec l'exposition "Hiquily / Marino Di Teana", la galerie Loft présente une exposition dévoilant un aspect méconnu des œuvres de Philippe Hiquily et Francesco Marino Di Teana : le design. Tous deux sculpteurs, voire architectes, ils ont aussi en partage le verre et l'acier.

Avec l’exposition « Hiquily / Marino Di Teana », sous-titrée « Catalogues Raisonnés, Sculpteurs Déraisonnables », la galerie Loft fait le choix des transversalités. En réunissant d’une part les œuvres de deux sculpteurs, architectes et designers du métal : Philippe Hiquily et Francesco Marino Di Teana. Et d’autre part, en le faisant à l’aune de deux catalogues monographiques raisonnés. Expert et directeur de la galerie Loft, Jean-François Roudillon s’est ainsi attelé en 2006 à la réalisation du catalogue de l’œuvre de l’artiste français Philippe Hiquily (1925-2013). Sculpteur, Philippe Hiquily se distingue par la pratique du métal (acier, laiton, bronze, fer). Ses appétences pour la monumentalité lui font réaliser de gigantesques sculptures conçues pour l’espace public. À l’instar de sa Marathonienne (1981) de quelques six mètres de haut, en acier Corten — installée à Vitry-sur-Seine. Philippe Hiquily s’est également distingué avec trois sculptures anthropomorphes : les Girouettes « Marbella-Shanghai » (1963-2009).

Exposition « Hiquily / Marino Di Teana » : une mise en regard d’acier à la galerie Loft

De douze mètres de haut, les trois Girouettes « Marbella-Shangha » ont été achetées par la ville de Shanghai pour l’Exposition Universelle de 2010. Cette monumentalité d’acier, Philippe Hiquily l’a en partage avec le sculpteur italien Francesco Marino Di Teana (1920-2012). Qui est effectivement l’auteur de la plus haute sculpture en acier d’Europe : La Liberté (1990), installée à Fontenay-sous-Bois — en banlieue parisienne. Avec ses vingt-et-un mètres de haut, La Liberté en acier Corten de Francesco Marino Di Teana écrase toutes les sculptures de ronds-points par sa démesure. Là où les pièces d’un artiste comme Richard Serra serpentent dans le paysage, les sculptures de Francesco Marino Di Teana assument leur part de gigantisme. C’est monumental, c’est abstrait, c’est blindé… Un peu comme le concept paradoxal de liberté. Et après avoir réalisé le catalogue de Philippe Hiquily, Jean-François Roudillon a ainsi poursuivi avec celui de Francesco Marino Di Teana.

Le mobilier de verre et d’acier de Francesco Marino Di Teana et Philippe Hiquily

Si les œuvres de Francesco Marino Di Teana courtisent une figurativité géométrique, les pièces de Philippe Hiquily optent pour des formes plus anthropomorphes. Avec Francesco Marino Di Teana, l’acier semble prolonger fermement les dynamiques constructivistes, voire futuristes. Tout en leur adjoignant la stabilité totémique des primitives géométriques. Pour Philippe Hiquily, au contraire, sa sensibilité aux mobiles d’Alexander Calder se retrouve dans des formes arrondies et ergonomiques. Une différence qui apparaît également dans leur façon de concevoir le mobilier. Car l’exposition « Hiquily / Marino Di Teana » offre aussi l’occasion de découvrir leurs activités de designers. D’acier et de verre, les pièces exposées (bureau, buffet, table, chaise) reflètent un côté soyeux pour Philippe Hiquily. Et une dynamique incisive pour Francesco Marino Di Teana. Avec « Hiquily / Marino Di Teana » la galerie Loft ouvre une fenêtre sur l’œuvre architecturée de deux amoureux de l’acier.