DANSE | SPECTACLES

PH/ K, ébauche numérique

09 Juin - 09 Juin 2012

En ouverture des Bains numériques, Ginette Laurin présente K, ébauche numérique et Mié Coquempot PH, deux pièces qui explorent, à l’aide d’outils numériques, les relations qui s’élaborent entre musique et danse dans dispositifs singuliers où le corps semble générer son environnement sonore ou lumineux.

Ginette Laurin, Mié Coquempot
K, ébauche numérique/ PH

O Vertigo, Ginette Laurin, K, ébauche numérique
Sous la direction de la chorégraphe québécoise Ginette Laurin, les neuf danseurs de la compagnie O Vertigo présentent K, ébauche numérique, une exploration sonore à travers laquelle les nouvelles technologies s’intègrent à la danse pour devenir partie prenante de la recherche chorégraphique. Inspirée par l’interférence issue des conflits sociaux qui imprègnent l’actualité internationale, ce work in progress propose également une réflexion sur la portée intime du geste dans une ambiance sonore unique qui reflète l’intériorité des corps. Une collaboration spéciale avec le compositeur de musique électroacoustique Martin Messier en vue de la création de KHAOS qui sera présentée au Théâtre national de Chaillot en 2013.

Coproducteurs: Théâtre National De Chaillot (Paris, France)/ Festival Internacional Madrid En Danza (Madrid, Espagne) /Festival Transamériques (Montréal, Canada) / Festival De Danse Et Des Arts Multiples De Marseille F/D/Am/M (Marseille,France)
Distribution: Chorégraphie Ginette Laurin
Interprètes: David Campbell, Dominic Caron, Marianne Gignac-Girard, Caroline Laurin-Beaucage, Robert Meilleur, James Phillips, Gillian Seaward-Boone, Andrew Turner, Wen-Shuan Yang
Répétitrice: Annie Gagnon
Lumières: Martin Labrecque
Traitement sonore et musique: Martin Messier
Scénographie et costumes: Marilène Bastien
Maquillages et coiffures: Angelo Barsetti

K622, Mié Coquempot, PH
PH est une incarnation chorégraphique futuriste de la musique de Pierre Henry.
La danse, interagit avec la lumière (le phot = ph), de la lampe à la vidéo. Le dispositif numérique place les cinq danseurs comme la cause de la variation sensible et visible de l’espace.
La danse explore l’espace scénique par des moyens numériques. Elle s’écrit en puisant dans les sens du mot volume et cause la totalité des évènements du champ visuel. Elle se déploie dans des dispositifs qui permettent de la traduire dans un autre media, celui de la lumière, du phot – ph (unité de mesure de l’éclairement lumineux). Alors, la danse crée, peint, fait vibrer, colore, dessine son double lumineux dans l’écrin de toile qui l’entoure.

Pierre Henry et Mié Coquempot ont sélectionné trois œuvres que le compositeur décrit ainsi: «du plus pur au plus vulgaire», un axe marqué d’états distincts ou une colonne vertébrale tendue entre le ciel et la terre. «Envol» désigne l’espace aérien, «Empreintes» s’impose d’elle-même comme l’impression d’un mouvement passé et la forme musicale
«Toccata» révèle à la fois les qualités de l’instrument et de l’instrumentiste ici traduites par celles du théâtre et de la chorégraphie.

Ce projet bénéficie du soutien de l’association Beaumarchais- SACD, de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication – au titre l’aide au projet // Coproduction Le Centre des Arts – Enghien-les-Bains, Arts 276 – Automne en Normandie, Le Manège de Reims – Scène Nationale

Distribution
Chorégraphie: Mié Coquempot
Assistant à la chorégraphie: Jérôme Andrieu
Danseurs: Julien Andujar, Jérôme Brabant, Vinciane Gombrowicz, Maud Pizon, Emeline Pubert
Musique: Pierre Henry Envol (2010), Empreintes (2010) Grande Toccata (2007) Développement interaction temps réel Jean-Marie Boyer aka Jack /RYbN /
Création graphique Empreinte: Frédéric Lormeau
Assistant: Pierre Henry Étienne Bultingaire
Costumes: Akiko Takebayashi
Régie générale: Christophe Poux
Assistant régie: Bernard Joly
Création lumières: Françoise Michel /
Costumes: Paris9
Programmation dans le cadre du festival Automne en Normandie, 13 novembre 2012.