ART | CRITIQUE

Personal Sale

PAnne Hourtoule
@12 Jan 2008

Martial Cherrier a toujours cherché à modeler son corps, d’abord par les moyens sportifs du body building, maintenant par ceux de l’art. À la fois sculpteur et sculpture, il transfigure son corps par l’absorption de produits chimiques, la chirurgie, les tatouages, le percing, etc.

Martial Cherrier sculpte son corps par absorption de produits chimiques, par la chirurgie, les tatouages ou les percing, Il est sculpteur et sculpture. Son corps est aussi celui d’une expression artistique : un objet sans cesse travaillé, remodelé.
Autant par les méthodes du body building (Martial Cherrier a été Champion de Los Angeles en 1994 et Champion de France en 1997) que par les substances chimiques qu’il ingère, Ces substances deviennent inséparables de ce corps, dans lequel elles laissent des traces, dont elles changent la forme, et qu’elles modèlent comme un véritable matériau.
La démarche se situe dans la lignée du Body Art qu’elle ouvre à l’idée de mutation corporelle. Le corps de l’artiste est à la fois sujet et objet, substance et matériau d’une expression singulière. Chaque photographie, chaque vidéo de Personal Sale, est ainsi une trace d’un corps en construction.

Avec la photographie, Martial Cherrier transforme une image tridimensionnelle, son corps-scultpture, en un cliché plane, en une image de son corps-image. Le processus s’accompagne d’une visualisation du travail corporel sous la forme d’une combinaison des vues du corps avec des clichés des boîtes et des bouteilles des produits dopants absorbés. Comme une expression plastique des alliages chimiques dont le corps a été le lieu et l’objet.

Avec les photographies sont présentées trois installations vidéo — de véritables sculptures-vidéos. Chaque installation se compose d’une croix en plexiglas, analogue à celles des pharmacies, de couleur rouge, noire et verte. Les trois croix sont de même format (60 x 60 cm), et chacune d’elle possède un petit écran qui diffuse des éléments sur la vie de l’artiste.
Au centre de la croix rouge, Body Shooting combine des extraits de compétitions de body building auxquelles Martial Cherrier a participé entre 1992 et 1997, avec des des images plus récentes où il s’injecte des produits par voie intraveineuse. La vidéo de la croix verte, Drugs 2222, présente des pilules et des médicament sortis de leur emballage. Quant à Personal Training, au centre de la croix noire, c’est une suite de séances de masturbation et d’éjaculation.
Bien qu’elles soient indépendantes, ces trois vidéos tissent par l’image et par le son (encouragement de la foule ou musiques électroniques), de gauche à droite, une histoire de la préparation, de l’action et de la victoire du corps.
Personal Sale nous propose une rencontre avec un corps qui relève du monstre dans le sens où nous sommes confrontés à un organisme vivant de conformation anormale par excès de matière, de puissance et de quête d’autonomie et de mobilité.

Martial Cherrier
Mr Olympia, 2001. Tirage couleur, contre-collage dibond sur châssis aluminium bord à bord. 222,40 x 132,90 cm.
Naposim 5 mg, 2001. Tirage couleur, contre-collage dibond sur châssis aluminium bord à bord. 222,40 x 132,90 cm.
Yohimbine , 2001. Tirage couleur, contre-collage dibond sur châssis aluminium bord à bord. 222,40 x 132,90 cm.
Positive Thought, 2001. Tirage couleur, contre-collage dibond sur châssis aluminium bord à bord. 222,40 x 132,90 cm.
Mela-Gana-Da-Vinci , 2001. Ttriptyque : tirage couleur, contre-collage dibond sur châssis aluminium bord à bord. 60 x 150 cm (60 x 50 chaque).
Tête de mort, 2001. Ddiptyque : tirage couleur, contre-collage dibond sur châssis aluminium bord à bord. 80 x 240 cm (80 x 120 chaque).
Body Shooting, 2000. Installation vidéo,1’56.
Drugs 2222, 1999. Installation vidéo, 58’’.
Personal Training, 2001-2002. Installation vidéo,1?23.