ART | EXPO

Perroquet

17 Mai - 15 Juin 2013
Vernissage le 16 Mai 2013

La dérision et l’humour mais aussi l’attente, le vide, l’erreur et l’errance sont au cœur de nombreux projets artistiques réalisés par Julien Bismuth. Les comiques de situation et de répétition se mêlent alors à l’absurdité de la condition humaine, et ici, le perroquet fait figure de métaphore, symbolisant la répétition des images dans l’espace.

Julien Bismuth
Perroquet

Ô perroquet bien nommé Perroquet, oiseau dont le ramage se rapporte au plumage et dont la dextérité n’a d’égale que la parole qu’il est à même de formuler. [Crô, prrr prrr!] D’abord émetteur de sons puis d’onomatopées, il devient le miroir de son environnement à force d’observation, d’écoute et d’apprentissage. Ô perroquet bien nommé Perroquet, tu imites, tu déhiérarchises et tu dédoubles le réel jusqu’à en troubler la chronologie et l’ordre apparent. [Crô, prrr prrr!]

La dérision et l’humour mais aussi l’attente, le vide, l’erreur et l’errance sont au cœur de nombreux projets artistiques réalisés par Julien Bismuth. Les comiques de situation et de répétition se mêlent à l’absurdité de la condition humaine. Julien Bismuth attend, Julien Bismuth chute. Il a déjà collaboré avec un âne (pour la performance A script or sequence, 1999), deux chèvres (pour l’installation-performance Untitled (Hosts), 1998) et quelques semblables, qu’ils soient artistes, acteurs, clowns ou ventriloques. Le langage — fait de litotes, de «Ah ha Oh ho» [Ah ha Oh ho Ah ha Oh ho!], de gestes contraints et d’émotions exacerbées — semble être le personnage le plus théâtral de la bande.

Le perroquet [perroquet!] est le grand absent de l’exposition, et fait dès lors figure de métaphore, symbole de la répétition des images dans l’espace, et image lui-même de l’indiscernable impression d’un sujet ou d’un objet sur un autre.
Julien Bismuth collecte des images qu’il déniche dans des brocantes ou dans la presse, puis il les recadre, les modifie et les sérigraphie sur les murs de la galerie. La photographie d’une ballerine en plein exercice se distingue à peine de la matière blanche apposée autour d’elle, telle un brouillard qui envelopperait son geste et harmoniserait son mouvement. Deux hommes discutent, attablés ; une jeune femme se tient près d’eux dans un halo de lumière aveuglant qui brouille notre lecture de l’image autant qu’il l’enrichit d’une dimension énigmatique. La matière s’estompe et les sujets s’effacent. La nature éphémère de l’image est magnifiée.

La dissociation du texte et de l’image, le lien ténu entre présentation et représentation, représenté et représentant, sont l’envers [vers!] et le revers [vers!] d’une seule et même pièce, la production de l’image. Les mouvements des corps et des objets dans l’espace aussi bien de la pensée que du papier et de la vidéo se multiplient et se dédoublent dans l’exposition. Surveillez discrètement votre ombre [brrrr !], Julien Bismuth pourrait bien tenter de la subtiliser.

Marie Frampier