DANSE

[Performance] Mains d’œuvres: Grenze

02 Oct - 03 Oct 2004

À l’occasion du Festival On Life! de la Villette Numérique, présentation d’une vidéo installation performances inspirées du Capital de Marx. Un mélange entre médiums artistiques, tels vidéos, textes lus et mixe en temps réel. Entre passé, présent et futur. Entre les propos de Marx et une certaine vision du capitalisme actuel. Une traduction visuelle du discours philosophique.
10 places à gagner pour le 02 et le 03 octobre pour les Ami(e)s de paris-art, en envoyant un email à icono@paris-art.com.

Grenze
Mains d’œuvres

L’événement
Communiqué de presse

Une vidéo installation-performance
Grenze est une performance-installation d’après le Capital de Karl Marx composée de deux moniteurs vidéo qui diffusent des séquences vidéos (animations 3D, 2D, vidéos). À chaque séquence vidéo correspond un fragment du texte de Karl Marx. Les séquences sont projetées et mixées en direct par notre équipe. La performance-installation est enregistrée et est stockée par bouts dans l’unité de pilotage et diffusable soit en simultané soit en différé. En modifiant son déroulement en mettant en crise sa durée en la faisant se répéter, Grenze se recouvre, s’inverse pour révéler une autre durée s’accomplissant dans une synthèse du temps présent entre passé et futur, toujours instables.

Objet
Grenze ouvre à travers des lectures fragmentées du Capital de Karl Marx, une séries d’observations autour du capital d’aujourd’hui en particulier comment le capital capte nos vies, nos subjectivités. Grenze est une vision des métamorphoses du système capitaliste. Il s’articule autour de lui. Il en donne une traduction visuelle. Il met progressivement en place une chaîne de mouvements métamorphiques. A la construction d’un mécanisme infernal qui emporte tout, répondent notre regard, notre attente, le temps.

Contexte
Depuis une dizaine d’années, Patrick Fontana a choisi de travailler à partir de fragments, d’opérer des prélèvements sur des discours philosophiques. Il consigne ses pensées sous forme de notes dessinées qui par la suite engagent un travail plastique. N’ayant pas de formation philosophique universitaire, Patrick Fontana a essayé d’aborder les concepts et les discours avec ses outils propres, en tant que plasticien, réalisateur, en cherchant à leur donner une traduction visuelle. Il a déjà expérimenté ce type particulier de recherche lors des séminaires de Toni Negri (travail immatériel, passage du travail dans la vie et de la vie dans le travail), de Jacques Rancière (l’esthétique de l’art ), de Giorgio Agamben (philosophie), tous professeurs au Collège international de philosophie à Paris.
Ces diverses expériences artistiques convergent aujourd’hui et l’amènent à réaliser Grenze.

Développement
Dans le Capital, Marx utilise souvent les mots formes, mouvements, mécanisme, divisions, circonstances nouvelles, limites organiques, transformations, révolution. Quand il parle de l’ouvrier, il le décrit comme agent très imparfait dans la production d’un mouvement continu. Dans Grenze, le capital est représenté par un cube appelé cube-capital en perpétuelle recomposition. Une deuxième figure, la forme-marchandises larvaire, représente les marchandises, tandis que les ouvriers sont représentés par un triangle, la figure-ouvriers, qui se transforme en s’appauvrissant. Le traitement à l’image s’attache à faire évoluer en permanence non seulement la forme mais la matière de ces figures.

Grenze dure 1heure. Temps d’unité de production.
Grenze est composé de 103 séquences appelées unités de développement artificielles. (UDA) / Dans Grenze le texte paraît fragmenté, désarticulé. Puis il se confronte à la vie des figures qui sont ses traductions visuelles. Enfin les mouvements des figures créent leurs propres structures pour mettre à nu les transformations du capital aujourd’hui.
Corps sonores, musique électronique, voix Off.
Des images sonores accompagnent Grenze. Les formes et figures sont pour la plupart des corps sonores avec leurs sons spécifiques qui évolueront pendant toute la durée du film. Les résonances, interférences et vibrations sont particulièrement travaillées et le dialogue prend forme-marchandises place entre les sons. / Le vent s’installe au centre des images et agit comme propagateur ou révélateur des images sonores. Aelters compose l’ensemble des corps sonores et une musique électronique originale. Aelters suit une carrière en solo dans le milieu de la musique électronique européenne. / Grenze restitue des fragments du Capital, par le biais de voix off. Une multitude de voix lisent les fragments du Capital. Un travail spécifique est entrepris avec les stagiaires de AERI, association qui s’occupe de l’insertion de personnes en difficulté, à Montreuil.

Les artistes
Vidéo installation-performance de Patrick Fontana
Musique électronique par Aelters
Infographie par Pierre-Yves Fave
Un site internet / www.Grenze.fr.vu //

Info pratiques
> Lieu
Mains d’œuvres
1, rue Charles Garnier. 93400 Saint-Ouen
M° Garibaldi ou Porte de Clignancourt
Bus 85, arrêt Paul Bert
> Horaires
le 2/10/04 à 19h
le 3/10/04 à 18h30
> Contact Mains d’œuvres
T. 01 40 11 25 25
info@mainsdoeuvres.org
www.mainsdoeuvres.org
> Contact Association 15-11
59 rue Lepic. Paris 18e
T. 01 42 55 67 13
Grenze@fr.vu

>Tarif : 10 euros / TR 8 euros
Mains d’œuvres est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 19h.