ART | EXPO

Paysages visités

20 Mai - 01 Juin 2014
Vernissage le 28 Mai 2014

Le Frac Franche-Comté a mené plusieurs projets d’éducation artistique et culturelle en région. Les élèves ont été nombreux à découvrir des œuvres de la collection et ont également rencontré des artistes avec qui ils se sont engagés dans une démarche de création. L’exposition rend compte de cette aventure humaine et artistique, comme autant de «paysages visités».

Marguerite Bobey, Régis Perray, Pauline Repussard, Olivier Toulemonde
Paysages visités

Le pôle des publics du Frac propose une exposition et un temps particulier pour questionner et restituer les projets d’éducation artistique menés tout au long de l’année. Comment rendre compte de la rencontre entre un artiste, une œuvre, les élèves et le jeune public? L’œuvre comme point d’ancrage, l’artiste comme passeur, le public lui-même inscrit dans des trajectoires différentes, ces projets impliquent des histoires, des paysages à chaque fois différents, uniques, avec au cœur de chacun d’eux le principe de participation.

Le Frac Franche-Comté a mené durant l’année scolaire plusieurs projets d’éducation artistique et culturelle en région avec la complicité d’artistes en résidence dans les établissements scolaires. Les élèves ont été nombreux à découvrir des œuvres de la collection prêtées pour l’occasion dans les murs des établissements. Ils ont également rencontré des artistes avec qui ils se sont engagés dans une démarche de création. L’exposition rend compte de cette aventure humaine et artistique, comme autant de «paysages visités».

Marguerite Bobey a imaginé un projet intitulé «Le merveilleux» pour les élèves du Collège René Cassin à Baume-Les-Dames, qui est né d’une envie: leur faire pratiquer la vidéo. Les élèves sont placés dans des situations d’expérimentation et de recherche. Ils sont amenés à proposer des scénarios, au départ disparates, mais reliés autour du thème du merveilleux. Au fil des recherches, ils construisent des liens entre les scénarios en donnant plus de place à la narration ou simplement à la trame poétique. Les élèves sont ensuite invités à travailler sur le montage. Dans ce travail d’écriture, l’espace vécu des élèves, mis en valeur par leurs manipulations, devient le protagoniste du film.

Le projet de Régis Perray «De toi, à moi, vers nous» au Lycée Tristan Bernard à Besançon a débuté par une présentation mutuelle, un échange entre les élèves pour découvrir quelque chose de nouveau chez ceux que l’on côtoie tous les jours. Puis, tout le monde est parti, appareil photo en main, découvrir le monde alentour à travers la fenêtre de l’objectif. Le lycée devient alors un territoire à explorer, le quotidien devient extraordinaire, les objets prennent d’autres dimensions…

Pauline Repussard a, quant à elle, accompagné les élèves du Lycée Edgard Faure de Montmorot dans la création d’une structure en volume. Elle a mené un travail d’atelier questionnant la reproduction, le statut de l’objet. Ils y ont découvert différentes techniques de moulage pour créer ensemble un objet à activer lors d’une soirée au lycée. Les élèves ont choisi un matériau, la cire. La pièce est conçue pour «changer d’état»: la cire se répand d’une nouvelle façon et forme un nouvel objet, sculpté par la gravité.

Enfin, Olivier Toulemonde a participé à deux projets. Le premier a consisté à partir d’une œuvre d’art contemporain pour composer une pièce sonore avec les élèves du Lycée Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne. Pour ce travail de création avec le plasticien sonore, il ne s’agissait pas de créer une simple illustration, mais bien de réfléchir aux spécificités qui caractérisent les domaines du son et de l’image, ainsi qu’aux liens qui se tissent entre eux. Bien qu’elle découle au départ d’une œuvre plastique, la performance finale, dans les murs du lycée, au cœur de l’atelier, est pensée pour exister en soi, de façon autonome, et s’écouter pour elle-même.
Pour le deuxième projet au Lycée Ferdinand Fillod de Saint-Amour, le point de départ était également une œuvre de la collection du Frac: le diptyque photographique d’Eric Poitevin: deux tirages, l’un en noir et blanc; l’autre en couleur, d’un même paysage de forêt, avec des branches enchevêtrées, où les détails se perdent. La nature est alors interrogée dans sa relation au temps: un temps étiré, mystérieux.

Au-delà de ces expériences hors-les-murs, le pôle des publics développe aussi depuis l’ouverture du Frac à la Cité des arts tout un programme d’actions avec les enfants et adolescents lors d’ateliers les mercredis ou lors des vacances scolaires. Ce temps de restitution sera aussi l’occasion d’en montrer au public quelques morceaux choisis.