ART | CONFERENCE

Partitions (Performances)

16 Juin - 16 Juin 2014
Vernissage le 16 Juin 2014

Pour cette dernière séance de la troisième saison de Partitions (Performances), Estefania Penafiel Loaiza et Céline Ahond proposent d’aborder le rapport de l’image au langage à travers deux propositions mettant en jeu la formation des images et leurs potentialités dans la construction d’un récit.

Estefania Penafiel Loaiza, Céline Ahond
Partitions (Performances)
Troisième saison

Quels récits véhiculent les images? Comment se construit le langage? Pour cette dernière séance de la troisième saison de Partitions (Performances), Estefania Penafiel Loaiza et Céline Ahond, proposent d’aborder le rapport de l’image au langage à travers deux propositions mettant en jeu la formation des images et leurs potentialités dans la construction d’un récit. Empruntant autant à la sémiologie qu’à la linguistique, elles proposent deux formes de narrations mettant en jeu les modalités propres aux médiums employés: la photographie pour l’une, la vidéo pour l’autre.

Estefania Penafiel Loaiza, Tentative d’Egarement
Partant de documents d’actualités ou d’archives, relevant les traces que l’histoire laisse sur le territoire, Estefania Penafiel Loaiza interroge par l’image, comment témoigner de ces transformations, moins à travers la capacité des images à montrer que par ce qu’elles refoulent ou dissimulent. Mêlant des documents d’archives et des images de fiction à des photographies et travaux personnels, elle nous révèle une véritable histoire de la formation des images, leurs apparitions et leurs potentiels d’évocation d’une histoire des lieux, de sa géographie et de ses possibles occupants.

Céline Ahond, Tu vois ce que je veux dire?
Avec cette performance/vidéo, Céline Ahond rend hommage à Yvon Nouzille, personnalité atypique du monde de l’art: un galeriste aspirant gardien d’immeuble, «option-art», transformant différents espaces d’un ensemble HLM de la Porte de Vincennes en véritable centre d’art à ciel ouvert. Revenant sur les lieux, elle propose le tournage d’actions et de gestes « à l’échelle 1:1», réduisant l’écart entre le degré de réalité de la scène enregistrée et son mode de production. «Que dit l’image? Qu’écrit le son?» Les questions posées en amorce du projet invitent à réfléchir sur le rapport de la représentation à la scène représentée, abordant l’abstraction du langage et les possibles écarts entre la parole et sa transcription écrite.

Une proposition de Christian Alandete

Informations
Lundi 16 juin 2014 à 19h
Entrée libre