ART | EXPO

Picasso. Le temps des conflits 

25 Oct - 03 Mar 2019
Vernissage le 25 Oct 2018

L’exposition « Picasso. Le temps des conflits » à Carré d'Art - Musée d'art contemporain de Nîmes revient sur les peintures et sculptures de Pablo Picasso marquées par la Seconde Guerre mondiale. Elle instaure également un dialogue entre les œuvres de Picasso et celles d’artistes contemporains qu’elles ont inspirées.

L’exposition « Picasso. Le temps des conflits » à Carré d’Art – Musée d’art contemporain de Nîmes se concentre sur les œuvres créées par Pablo Picasso durant les périodes de troubles politiques et de conflits, autour de la Seconde Guerre mondiale.

« Le temps des conflits » : Pablo Picasso face à la seconde Guerre mondiale

Dans le cadre du programme« Picasso-Méditerranée », destiné à mettre en valeur les liens unissant Picasso et la Méditerranée à travers une série d’expositions et un projet scientifique, le Musée d’art contemporain de Nîmes se penche avec l’exposition « Picasso. Le temps des conflits » sur les œuvres marquées par l’engagement politique de l’artiste espagnol, celles créées juste avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à la Guerre de Corée, prolongation du conflit planétaire. Ces trente-neuf peintures et sculptures inspirées par la guerre, transmettent les émotions de Pablo Picasso face à des conflits en cours tout en montrant combien il a inspiré les artistes d’aujourd’hui dans leur expression de la folie humaine à poursuivre toujours le chaos guerrier.

L’influence des troubles politiques ambiants se révèle dès 1937, avec le célèbre tableau Guernica, qui ouvre pour Pablo Picasso une période d’engagement dénué d’espoir. La plupart des œuvres des années suivantes sont marquées par ce thème, qu’il s’agisse de paysages, de natures mortes, ou de portraits. Ainsi les tableaux comme La Suppliante, Chat saisissant un oiseau et La Femme qui pleure, portrait de Dora Maar peint en 1937, offrent des représentations où la beauté et la monstruosité se côtoient et où la violence s’impose, témoignant des sentiments de l’artiste face à la tragédie et à la fragilité des êtres.

Pablo Picasso inspire Gabriel Borba Filho et Rineke Dijkstra

Dans les peintures réalisées par Pablo Picasso au cours de cette période, l’espace domestique se substitue aux champs de bataille pour mieux transposer dans l’intime les oppositions entre les êtres. Les conflits naissant du jeu de l’amour et de la haine répondent à ceux qui agitent les nations. Si les compositions déconstruites et les incertitudes spatiales les rattachent au cubisme, ces œuvres s’en détachent par leur visée qui n’est pas de la recherche d’objectivité mais de la représentation des tourments des individus face au désordre du monde.

L’exposition permet également un dialogue entre les œuvres de Pablo Picasso et celles d’artistes contemporains en intégrant dans l’espace consacré à l’artiste espagnol des réalisations d’artistes qui ont porté un regard sur son œuvre. Ainsi, un ensemble inédit de dessins réalisé en 1977 pour la Biennale de Paris par l’artiste brésilien Gabriel Borba Filho et intitulé Petit mobilier brésilien, montre les meubles qu’il avait conçus pour recevoir les figures qui tombent dans le tableau Guernica, mettant en parallèle l’histoire espagnole vécue par Pablo Picasso et le contexte politique du Brésil vécu par Gabriel Borba Filho.

Le parcours se termine avec l’installation vidéo I See a Woman Crying de Rineke Dijkstra, composée de trois projections montrant sous trois angles différents, les réactions de neuf adolescents devant le portrait de Dora Maar La Femme qui pleure. Ainsi, durant les douze minutes de la vidéo, le tableau de Pablo Picasso en non visible, n’existe qu’à travers les mots et les émotions qu’expriment les voix et les visages des jeunes spectateurs.