ART | EXPO

Ovals and Circles

15 Mar - 27 Avr 2013
Vernissage le 15 Mar 2013

«Ovals and Circles» se compose de formes et de matériaux qui semblent en apparence éloignés des sculptures plus connues de Haegue Yang, faites à partir de rideaux vénitiens. Pour autant, son intérêt pour le mouvement reste visible dans l’exposition, et apparaît comme un leitmotiv dans ses préoccupations artistiques actuelles.

Haegue Yang
Ovals and Circles

Les sculptures Sonic Brass Dance et Sonic Nickel Dance (2013) peuvent être vues comme des nouvelles variations des Dress Vehicles, prolongeant ses recherches sur la mobilité et la participation du corps. La moindre vibration fait retentir les clochettes, un effet sonore qui évoque le souhait de l’artiste de relier mouvement et expériences sensorielles.

Les Sonic Rotating Ovals (2013) sont des pièces murales rotatives composées de grappes de clochettes sur une forme ovale. En plus de requérir un geste du spectateur pour faire tourner la pièce, le scintillement des clochettes renvoie au spectateur son reflet et sa physicalité, multiplié par le nombre de clochettes. Lorsque les Sonic Rotating Ovals commencent à tournoyer, les clochettes vibrent et la forme ovale des pièces tend à devenir un cercle «harmonieux», un moment proche de «l’accomplissement». Le reflet du spectateur résiste au mouvement rotatif et magnétique, piégé dans sa position par le dédoublement des effets, maintenant visuels et sonores.

Rotating Notes – Dispersed Episode II, IV, V (2013) sont des pièces murales rotatives sur lesquelles sont aimantées des fragments de textes, traces des recherches récentes de l’artiste sur certains récits épiques autour des auteurs Suh Kyung Sik ou Primo Levi. Les citations apparaissent sous forme de tableaux d’idées, dans un arrangement temporaire. La lecture et la libre association des éléments deviennent totalement illisibles dès lors que le spectateur décide de faire tourner la pièce. Haegue Yang engage alors le spectateur vers la notion du «désapprentissage»: se défaire du savoir acquis pour mieux libérer l’expression de soi.

Dans «Ovals and Circles», les installations 27,12 m2 et 56,27 m3 (2000-2013) renforcent et pénètrent la surface et le volume de l’espace. Des lignes droites tirées à la craie ainsi que des fils de coton segmentent le mur et l’espace, à intervalle de 10 cm, empêchant le spectateur d’avancer vers le mur. Les fils agissent ainsi en tant que paroi perméable, transparente, forme fragile de frontière délimitant un espace réduit.

Facilitating Pentagon Seating (2013) est composée de 9 tables basses modulables qui forment un pentagone sur lesquelles sont disposés de simples objets domestiques. En juxtaposition, l’artiste a placé au centre un nid de bois flottés, dont la présence questionne la finitude et la fonctionnalité des objets.

Field of Teleportation (2011) est le premier papier peint conçu par l’artiste en collaboration avec le graphiste berlinois Manuel Raeder. Dans ce microcosme, à la fois surnaturel et taoïste, l’artiste a reproduit des vues de ses expositions, des œuvres ainsi que des objets référentiels de son travail, soustraits de tout contexte d’origine. Dans ce vortex mémoriel, les objets semblent flotter et dériver sans être affectés par une quelconque gravité.