ART | EXPO

Où donc, et quand?

16 Juin - 16 Sep 2012
Vernissage le 16 Juin 2012

Lorsque l’oeuvre se présente comme une surface plane, l’artiste utilise tous les moyens plastiques à sa disposition pour l’ordonner. Cette prise en compte de l’espace sera en l’occurrence le fil conducteur qui guidera le regard du visiteur dans l’exposition.

Richard Baquié, Julien Berthier, Lilian Bourgeat, Robert Breer, Daniel Buren, Renate Buser, Stéphane Couturier, Philippe De Gobert, Luc Deleu, Peter Downsbrough, Jean-François Dubreuil, Mario Garcia Torres, Geert Goiris, Gaël Grivet, Philippe Gronon, Richard Hamilton,Thomas Huber, Marin Kasimir, On Kawara, Atsunobu Kohira madé, Gianni Motti, Jean-Christophe Norman, Giulio Paolini, Bernard Piffaretti, Markus Raetz, Loïc Raguenes, Klaus Rinke, Hans Schabus, Gregor Schneider, Sigurdur Arni Sigurdsson, Nathalie Talec, Niele Toroni, William Wegman, Rémy Zaugg, Edwin Zwakman
Où donc, et quand?

Le lieu d’une exposition est un territoire à explorer et à réorganiser physiquement lorsqu’on le visite. C’est un espace où le temps est une durée que le spectateur peut maîtriser dans son parcours, en ralentissant ou accélérant le pas, en s’arrêtant ou en passant devant les œuvres, en revenant sur ses pas… A l’opposé du record de visite de la Grande Galerie du Louvre par les acteurs du film de Jean-Luc Godard Bande à part (successivement battu depuis par plusieurs artistes!), où l’oeuvre n’est plus au mur mais dans la performance du coureur, on retiendra l’Expérience de la durée, thème proposé en 2005 par la Biennale de Lyon. Les œuvres y étaient autant de moments de rétention du regard, de suspension du temps et d’arrêt dans des espaces singuliers à découvrir et à expérimenter.

Depuis quelques décennies, les salles d’exposition se sont donc substituées au cadre du tableau, et nous sommes souvent amenés à démontrer l’influence du contenant, et sa dimension temporelle, sur la signification des œuvres. La conjugaison de ces paramètres devenant même un critère essentiel à leur conception et leur compréhension. L’artiste Gaylen Gerber ira jusqu’à constater qu’il «transforme constamment le temps en espace et l’espace en temps ce qui, en un sens, détruit leur rapport.» Cette prise en compte de l’espace, dans et hors les œuvres, et l’appréciation d’une notion de durée inscrite à divers degrés dans chacune d’elles, seront en l’occurrence les fils conducteurs qui guideront le regard des visiteurs dans l’exposition de cette sélection d’oeuvres issues des collections des Fonds Régionaux d’Art Contemporain de Bourgogne et de Franche-Comté.

AUTRES EVENEMENTS ART