DANSE | SPECTACLE

Orphée

19 Mai - 19 Juin 2010
Vernissage le 19 Mai 2010

Avec une vingtaine de spectacles à leur actif, le duo d’artistes formé par José Montalvo et Dominique Hervieu dirigent depuis 2008 le Théâtre national de Chaillot. Leur interprétation pleine d’humour du mythe d’Orphée interroge en filigrane le pouvoir et le rôle de l’art.

José Montalvo, Dominique Hervieu
Orphée

Horaires: 20h30. 15h30 le dimanche. Relâche lundi et mardi.

Création
— Chorégraphie: Dominique Hervieu et José Montalvo
— Scénographie et conception vidéo: José Montalvo
— Costumes: Dominique Hervieu
— Textes: Catherine Kintzler
— Musiques: Claudio Monteverdi, Christoph W. Gluck, Philip Glass
— Lumières: Vincent Paoli
— Collaborateur artistique à la vidéo: Pascal Minet
— Infographie: Franck Chastanier, Sylvain Deçay, Clio Gavangni, Michel Jaen Montalvo, Basile Maffone
— Assistante à la chorégraphie: Joëlle Iffrig
— Danseurs: Stéphanie Andrieu, Natacha Balet, Morgane Le Tiec, Delphine Nguyen, Brahem Aiche, Babacar Cissé, Grégory Kamoun, Karim Rande, Stevy Zabardel
chanteurs et musiciens Soanny Fay, Sabine Novel, Théophile Alexandre, Blaise Kouakou, Merlin Nyakam, Sébastien Obrecht et deux musiciens théorbes (en alternance) (en cours)

Le Merveilleux, fil rouge de cette saison à Chaillot, n’a jamais cessé d’irriguer l’oeuvre de José Montalvo et Dominique Hervieu. De Paradis à Babelle heureuse, de On danse au Jardin Io io ito ito, les deux chorégraphes créent des mondes chorégraphiques et visuels à l’exubérante richesse. Pour clôturer cette programmation, ils jettent leur dévolu sur Orphée, proposant une exploration extravagante d’un des plus grands mythes de notre tradition.

Dans cette version distanciée qui tente de raconter avec humour une histoire d’Orphée, les deux chorégraphes nous invitent à voir comment ce mythe, d’apparence limpide mais finalement assez obscur, est interprété au fil des siècles. Réflexion sur le pouvoir et le rôle de l’art aujourd’hui, cet Orphée est pour Montalvo-Hervieu un champ pour l’imaginaire où leur liberté de créateurs trouvera à s’épanouir à travers danse, texte, images et voix, ces dernières retravaillées en direct. Un Orphée d’hier et de demain.