ART | EXPO

Ombres croisées

27 Jan - 21 Mar 2009
Vernissage le 27 Jan 2009

Les dessins de Bernard Moninot réalisés à partir d’un modèle (une table avec des objets) sont transparents. Les tracés sur la soie montrent chaque instrument, isolé, se prolongeant dans la surface grise de sa propre ombre portée. Ainsi, deux sortes d’ombres sont produites - réelles et dessinées -, et créent non pas un trompe l’oeil, mais un trouble de la perception.

Communiqué de presse
Bernard Moninot
Ombres croisées

« L’oeuvre de Bernard Moninot ne rentre dans aucune des grandes catégories expressives. Bien qu’elle travaille avec la pigmentation, elle ne ressortit pas à la peinture, bien qu’elle se déploie dans l’espace, elle ne se donne pas à percevoir en tant que sculpture et enfin elle ne relève pas véritablement de ce que l’on entend par installation. Le plus juste serait de dire qu’elle est de l’ordre du dessin : mais un dessin élargi (au sens où Novalis avait pu parler de ’’poésie élargie’’) … »  J.C. Bailly

La Galerie Catherine Putman présente un ensemble de dessins réalisés spécialement pour l’exposition.

Une cinquantaine de dessins de format identique, 25 x 32 cm, 2008, combinant différentes techniques graphiques : crayon, aquarelle, collages de mica et de fils métallisés.

Tout au long de l’année, l’artiste a réalisé ces dessins où le tracé conserve la possibilité de multiples lignes de sens. Y sont consignées des notes successives, méandres d’un mouvement à l’intérieur d’un ensemble d’idées, conduisant à l’œuvre : une œuvre fragmentaire, incernable et changeante, sans cesse en élaboration.

Un ensemble de dix dessins sur soie, 60 x 75 cm. Ces dessins  réalisés à partir d’un modèle (une table avec des objets) sont  transparents et les tracés sur la soie nous montrent chaque instrument, isolé, se prolongeant dans la surface grise de sa propre ombre portée.

Les ombres suggèrent la proximité d’une lumière fictive placée un peu à l’arrière de l ’écran transparent. La lumière réelle éclairant les dessins, le croisement de ces deux sortes d’ombres produit, non pas un trompe l’oeil, mais un trouble sur la perception du temps à l’oeuvre dans l’oeuvre.

Myrrhe : quatre dessins sur calque polyester, 66 x 102 cm, 2003, précèdent les dessins sur soie. Les matériaux utilisés : graphite, aquarelle et collages de tiges de verre et de gouttes de cristal concentrent la lumière qui se diffuse alors dans la transparence du papier.

Actualité de Bernard Moninot
— 14 janvier – 28 février 2009 : Galerie Baudoin Lebon, Paris
— 14 avril – 12 sept 2009 :  Musée de la Poste, Paris
— Octobre 2009 : Mac/Val, Vitry

Publication à venir
2009/2010 : Monographie sur l’ensemble de l’œuvre de Bernard Moninot, par Jean-Christophe Bailly aux Editions André Dimanche, Marseille.