PHOTO | EXPO

Omahyra & Boyd

01 Juil - 31 Juil 2005
Vernissage le 01 Juil 2005

Ses nouvelles photographies racontent l’histoire d’Omahyra et de son amour pour Boyd, deux mannequins icônes des années 2000, ils s’aiment en totale liberté devant l’objectif indiscret et complice d’Ellen Von Unwerth. Une série en noir et blanc ponctuée de quelques images en couleur à la fois misent en scène et spontanées.

Ellen Von Unwerth
Omahyra & Boyd

Ancienne assistante d’un lanceur de couteau, puis mannequin égérie des années 80, la photographe d’origine allemande Ellen Von Unwerth a imposé son style dans les magazines internationaux (Vogue, Interview, the Face). Sa photographie sensuelle et joyeuse, jonglant avec plaisir entre naturel et artifice, la propulse des les années 90 au rang des grandes signatures de la photographie de mode. Récemment exposée au Centre d’art de Neuchâtel, en Suisse, pour «Girls Girls Girls», ainsi qu’au MoMA dans l’exposition collective «Fashioning fiction in Photography since 1990», la deuxième exposition d’Ellen Von Unwerth à la galerie est l’occasion de la sortie du livre Boys and Girls, aux éditions Kamel Mennour.

Pour «Revenge», en 2003, Ellen Von Unwerth mettait en scène un jeu amoureux lesbien et grivois. Ses nouvelles photographies racontent l’histoire d’Omahyra et de son amour pour Boyd, deux mannequins icônes des années 2000, l’une muse de Jean-Paul Gaultier, l’autre très souvent photographie par David Armstrong notamment. Omahyra est excessive, vibrante, liane tendue au corps tatoué, libre et joyeuse. Un vrai garçon manqué. Boyd est blond comme un ange, timide aux lèvres tendres, assez féminin. Deux personnalités androgynes que tout oppose et qui s’aiment en totale liberté devant l’objectif indiscret et complice d’Ellen Von Unwerth.

Ellen Von Unwerth rencontre Omahyra, jeune mannequin de New York née dans le quartier chaud du Queens, lors d’un casting. «L’élégance androgyne mi-punk, mi-hip-hop de cette jeune fille d’origine dominicaine devenue peu après l’égérie de Jean Paul Gaultier, se démarquait des autres jeunes filles blondes et ingénues». Avec son caractère bien trempé, ses bijoux, ses piercing et tatouages, elle captive l’objectif d’Ellen Von Unwerth qui décide de la suivre pas à pas, le temps d’une semaine de défilé à New York. «La voir en action donne l’occasion de découvrir à quel point elle est unique. Une personnalité sauvage, nourrie par une intense soif de vivre». La bombe électrique Omahyra arrive au Marquee club en bikini, créant littéralement une émeute de jalousie «avec crêpage de chignon, griffures et escarpins Manolo Blahnik volant». Puis Ellen la suit d’un défilé à l’autre, faisant ses entrées backstage, embrassant a la volée les copines et copains, tornade électrique se délectant de champagne et jouant totalement le jeu des caméras et des journalistes. Une vraie pro. «Ma dernière séance de photos fut pour Omahyra et Boyd, chez Lysa. Apres environ deux heures de prise de vue et de jeux, j’ai senti qu’était venu pour moi le moment de les laisser seuls». De ces deux heures en totale intimité avec le couple. Ellen Von Unwerth a capturé de grands portraits, des scènes de jeux érotiques tendres et coquins, dans la chambre ou la cuisine et des scènes de douche hautes en couleur. Pour cette nouvelle exposition, Ellen Von Unwerth continue d’adopter l’élégance noir et blanc qu’elle ponctue de quelques images en couleur. La série Omahyra and Boyd prouve encore une fois qu’Ellen Von Unwerth sait magnifiquement diriger ses modèles, laissant toujours flotter ses images entre mise en scène et spontanéité.