ART | EXPO

Energéïa

16 Nov - 08 Jan 2020
Vernissage le 15 Nov 2019

L’exposition « Energéïa » réunit à Topographie de l’art, à Paris, des sculptures, installations, peintures, dessins, photographies et vidéos de dix-neuf artistes contemporains au sein d’un parcours inédit qui envisage l’art et sa restitution comme des vecteurs et des catalyseurs d’énergies.

Sous le titre « Energéïa », Le Musée de l’Invisible propose à Topographie de l’art, à Paris, une exposition expérimentale où les œuvres d’une vingtaine d’artistes internationaux et leur accrochage sont envisagés sous l’angle énergétique, qui peut être perçu et vécu par les visiteurs. Ce projet inédit offre de nouvelles vision et expérience de l’art, qui s’inscrit dans la nouvelle culture des énergies et plus largement dans la transition écologique en cours.

L’expo « Energéïa » révèle l’énergétique des œuvres d’art

Sous-titrée « L’énergétique des œuvres d’art », l’exposition « Energéïa » envisage pour la première fois, l’art et sa restitution elle-même comme des vecteurs et des catalyseurs d’énergies. Elle constitue aussi l’une des premières occasions d’expérimenter de manière directe et concrète et directe ces phénomènes. Elle ouvre ainsi un autre rapport à l’art qui épouse la perspective du prendre soin, de soi, des autres et du monde.

Alors que dès ses débuts, l’art était certainement lié à l’énergie, avec des œuvres destinées à capter et restituer des énergies de la nature, de plus en plus de créateurs contemporains s’inscrivent dans le sillage des premiers artistes tout en enrichissant leur pratique des dernières découvertes scientifiques dans le champ de
la physique quantique pour laquelle « tout est énergie ».

« Energéïa » : Basserode, Olivier Raud, Erik Nussbicker, Amy Hilton

Pour permettre de mieux comprendre cette réalité et ses enjeux, le parcours de l’exposition invite à une exploration au cours de laquelle le visiteur développe sa perception conjointe des œuvres et des énergies, tout en renouant avec les éléments naturels, en particulier le minéral et le végétal. Ainsi le tirage photo sur aluminium Eclat de silex de Basserode nous plonge au cœur de la matière tandis que le dispositif Tore IV d’Olivier Raud constitue à partir de cuivre et de pierres précieuses un puissant outil de dynamisation.

Sont également explorés la lumière et la couleur qui permettent de percevoir ce qui est de l’ordre du rayonnement et de la fréquence, avec la peinture Temperence & contemplation d’Amy Hilton ou la sculpture L’Arbre de Vie de Brigitte Moreau Serre. Enfin, l’exposition se penche sur l’énergie de la psyché et de la conscience à travers des œuvres d’Anika Mignotte et d’Erik Nussbicker.