DESIGN | EXPO

Olga Engel

20 Mar - 26 Juil 2019
Vernissage le 20 Mar 2019 à partir de 17:00

Designer russe, Olga Engel jongle entre le ludique et le minimalisme. Avec des pièces de mobilier (luminaires, miroirs, fauteuils...) mobilisant essentiellement porcelaine et fer forgé. À retrouver dans son exposition monographique, à la Galerie Armel Soyer.

La Galerie Armel Soyer présente la première exposition monographique de la designer russe Olga Engel. Gagnante du Prix du design prospectif Russe 2018, décerné le 28 février 2019 par le magazine Interior+Design, Olga Engel cultive un minimalisme élégant et ludique. Combinant biscuit de porcelaine, métal, miroir, textiles… Olga Engel compose des pièces tout en rondeurs, lumière et blancheur. Un clin d’œil, peut-être, à son patronyme signifiant ‘ange’, en allemand. Douceur soyeuse, du biscuit de porcelaine Olga Engel tire une matière aux formes tactiles. À l’instar de ses miroirs Zephyr, comme lovés dans un col de fourrure. En réalité, leur pourtour ourlé aux allures de généreuses gouttes de coton se compose de porcelaine. Un matériau qu’Olga Engel travaille dans la matité et le fini satiné. Lignes, couleurs et volumes sobres, ses pièces ne se refusent ni la composante figurative, ni la composante narrative.

Olga Engel : un design (luminaires, miroirs…) minimaliste, élégant et ludique

Avec la série de luminaires Muguet (lampadaire totem et applique), par exemple, Olga Engel évoque le végétal. Une référence simplifiée au maximum, avec une tige en fer forgé noir, agrémentée de quatre à six clochettes latéralement disposées. Et si la tige suit un cours mi-droit mi-tortueux, les clochettes sont quant à elles disposées de façon symétrique. Un compromis entre rigueur et imprévu, qui se retrouve dans nombre des pièces d’Olga Engel. Partant de l’idée qu’un objet ne peut être beau que s’il est animé par une idée forte ou une émotion, elle cultive trois axes : égalité, beauté et harmonie. Soient trois valeurs qui, transcrites en design, lui permettent d’affirmer une signature à la fois sobre et élégante. Tout en se ménageant une part de naïveté, voire d’ironie. Avec la série des luminaires Emotions, par exemple, ce sont des bonhommes bâtons qui font irruption dans la narrativité d’Olga Engel.

Exposition « Olga Engel » : premier show monographique, à la Galerie Armel Soyer

Se déclinant en lampes de tables ou sculptures lumineuses, la série Emotions oscille entre dérision et expressivité. Ainsi, la différence entre Curieux et Patient se situe dans la différence d’inclinaison des tiges s’apparentant à des torses. Le luminaire Patient se tient droit, tandis que Curieux penche légèrement en avant. Anthropomorphisation de quelques bâtons métalliques, toute l’expression émotionnelle réside dans la posture. Puisque la tête des personnages consiste en un simple globe de porcelaine, arborant des motifs aux accents corallins. Le tout porté par une tige martelée. Alternances de rugueux et de lisse, les pièces d’Olga Engel soulignent la dimension tactile du design. En livrant des pièces ludiques, simples, qui donnent envie d’être effleurée. Telle la suspension Palais Royal (Arc of Memories), avec ses ampoules gravitant à différentes distances du sol. Autant de pièces à découvrir dans l’exposition « Olga Engel », à la Galerie Armel Soyer.