ART | CRITIQUE

Of a cat of a cat

PAnne Lehut
@28 Fév 2011

Des cyclistes en manque de produits dopants, des chats, des villes tentaculaires… l’univers fantasque du new-yorkais David Scher, peu exposé en France, s’installe pour deux mois chez Jean Brolly.

David Scher vit pour un an en France à Marseille. Là comme ailleurs, il dessine et peint avec profusion. La galerie Jean Brolly présente ce travail réalisé tout récemment. L’artiste dessine, sans arrêt (il dit avoir dessiné avant de savoir parler), mais il joue aussi de la clarinette et les parallèles à établir entre ces deux pratiques seraient nombreux.
Ses dessins sont des explosions colorées, mais aussi des variations sur un thème (le cycliste, par exemple). La clarinette est un instrument volontiers festif, entraînant (on songe aux airs yiddish) et l’univers pictural de David Scher est empreint d’un humour étrange, mais toujours jubilatoire. Le musicien et le plasticien se retrouvent enfin sur des questions évidentes de rythme: le dessin de David Scher est effréné!

A l’image du personnage, le travail du peintre est libre — dans sa facture, dans son audace, dans les histoires qui s’enclenchent. Il y a là une générosité et un vrai plaisir de peindre et de dessiner.
Not a Wing in That Clump et Hedge sont deux huiles sur toile, tout en longueur. On ne saurait les définir précisément. Frises florales? Bien plus que cela, en vérité. Ce monde fourmille de détails, de taches dont on ne sait plus très bien si elles représentent quelque chose ou quelqu’un («les dessins sont entièrement imaginaires», dit David Scher), ou si elles sont pure peinture, jeu parfois provocant avec la matière.
Ce format tout en longueur évoque la «grande peinture», les natures mortes, car David Scher est en dialogue constant avec l’histoire de l’art. Son monde fourmillant est souvent comparé à celui de Brueghel ou de Jérôme Bosch. L’œil peut se perdre longtemps dans ces compositions, avec un plaisir certain.

Reprenant en quelque sorte les genres fixés au XVIIe siècle par l’Académie, David Scher s’essaie à la vue de ville, après la composition florale (dont il y a d’autres exemples dans l’exposition, avec la série Delft, référence directe à la peinture hollandaise).
Dans N-Wall et M-Wall, la vue est comme bouchée par un immense mur qui occupe la toile aux deux tiers. Devant ce mur, mille activités se déploient. Cette ville est sans aucun doute imaginaire. On songe à Canaletto et à ses veduta, puis immédiatement, les graffitis de N-Wall nous sortent de cette référence historique. Ce travail ne laisse jamais le temps à celui qui le regarde de s’installer. M-Wall utilise des couleurs plus brunes. La géographie imaginaire de David Scher s’est déplacée et c’est à Dali et à son Visage paranoïaque (1935) que l’on pense alors.

La figure n’est pas absente de cette exposition. En témoigne Reading, grande toile dans laquelle une femme lit, la tête entre les mains, dans un intérieur relativement sage. Quoique… Certains éléments posés sur la table paraissent étranges, dans leur identification ou dans leur taille. Le jeu avec la peinture et son histoire est encore au rendez-vous: il y a ici un tableau dans le tableau, mise en abyme que l’on retrouve de Velasquez à Magritte. Mais c’est surtout la facture qui interpelle: la peinture autour du personne se distribue en longues touches, un peu ondulantes, comme tracées au doigt. Parodie de Van Gogh? La liberté de l’artiste est en tout cas grande et jouissive.

L’exposition présente également de nombreux dessins. La série des Cyclistes est particulièrement savoureuse, pleine d’un humour un peu méchant. Car ces cyclistes ne sont pas des héros du tour de France. Ce sont des loosers: endormis, essayant de fuir le dessin et ses «dégoulinures» (Sans titre, Cycliste et dégoulinures).
Ils sont en mauvaise posture, «croqués» par un trait rapide. On passe d’une chute à l’autre, sentant que ces pantins sont avant tout prétexte à dessiner (David Scher parle des «dessins comme évènements dans leur élaboration»). Il faut également s’attarder devant les encres sur papier: «copies» un peu irrévérencieuses des bouquets peints dans la Hollande du XVIIe siècle, livres ouverts remplis de tâches…

Arrêtons-nous enfin sur une toute petite toile, Of a cat of a cat. Là encore, provocation: c’est un mur qui compose le tableau en grande partie. Il n’y a, en quelque sorte, «rien à voir». Au sommet, deux chats, qui montrent surtout leur arrière-train, semblent nous inviter à passer de l’autre côté, à regarder ce qu’il y a derrière. Comme un pied de nez, c’est cette toile, la plus petite et celle qui nous «empêche» de voir, qui donne son titre à l’exposition.

«Des lieux où les choses arrivent comme dans des romans». Cette définition donnée par David Scher de son propre travail sonne comme une injonction: laissez-vous faire…

— Los Cubos N°8, 2007. Collage, aquarelle, encre, gouache, sur papier. 58,5 x 88,5 cm
— Sans titre, 2010. Acrilyque sur toile. 54 x 65 cm
— Sans titre, 2010. Acrilyque sur toile. 77 x 57 cm
— Sans titre, 2010. Acrilyque sur toile. 50 x 65 cm