PHOTO | EXPO

Objets de mon affection, La collection Sandra Alvarez de Toledo

26 Juin - 09 Oct 2011
Vernissage le 25 Juin 2011

La fondatrice des éditions L'Arachnéen, Sandra Alvarez de Toledo, fut aussi une amatrice éclairée de dessins et de photographies. Une première exposition consacrée à sa collection, qui forme aujourd'hui un ensemble remarquable

Raoul Haussman, Helmar Lerski, Walker Evans, John Coplans, Bernd et Hilla Becher, Robert Adams, Patrick Faigenbaum, Suzanne Lafont, Jean-Luc Moulène, Marc Pataut, Madeleine Bernardin-Sabri, Maxence Rifflet, Claire Tenu
Objets de mon affection, La collection Sandra Alvarez de Toledo

Sandra Alvarez de Toledo a réuni au cours de ces vingt dernières années des oeuvres photographiques et graphiques, dessins pour l’essentiel, qui forme aujourd’hui un ensemble remarquable, tant par sa qualité que par son étendue.

Parmi la cinquantaine d’artistes présentés, on y trouve des oeuvres d’artistes des années 1930 (Raoul Haussman, Helmar Lerski, Walker Evans). À ces oeuvres historiques, font écho des recherches initiées dans les années 1970 par John Coplans, par les Becher et par Robert Adams. L’exposition évoque également l’émergence dans la photographie française des années 1980-90 d’artistes tels que Patrick Faigenbaum, Suzanne Lafont, Jean-Luc Moulène ou Marc Pataut. Elle présente enfin de jeunes artistes qui furent les élèves de Jean-François Chevrier aux Beaux-Arts de Paris, Madeleine Bernardin-Sabri, Maxence Rifflet et Claire Tenu.

L’exposition n’est pas centrée sur une période, un thème ou un courant. Sa cohérence procède avant tout de la personnalité de celle qui a réuni ces oeuvres. Elle reflète simplement un goût, formé par le hasard et la conviction, l’éducation et les rencontres. À l’image des livres des éditions L’Arachnéen, fondés par Sandra Alvarez de Toledo en 2005, chacune possède sa singularité, mentale et plastique, mais trace avec d’autres un espace commun.

Son titre, «Objets de mon affection», est emprunté à un ouvrage de Man Ray dont un portrait d’Edward James – véritable collectionneur, lui – figure dans l’exposition.