DESIGN | EXPO

O.K.

22 Mar - 11 Mai 2013
Vernissage le 22 Mar 2013

La Galerie Kreo présente «O.K.», une exposition collective dévoilant des pièces inédites de designers de renom. Le titre du group show, «O.K.» ou «Oll Korrect», renvoie à l'interprétation bostonienne de la fameuse abréviation, datant du XIXe siècle.

François Azambourg, François Bauchet, Ronan et Erwan Bouroullec, Pierre Charpin, Jean-Baptiste Fastrez, Hella Jongerius, Brynjar Sigurdarson, Studio Wieki Somers, Michael Young
O.K.

L’exposition à la Galerie Kreo présente de toutes nouvelles pièces conçues hors cadre d’expositions thématiques ou monographiques.

Des pièces importantes et significatives, inscrites dans la droite ligne du travail de tous les designers (François Azambourg, Pierre Charpin, Hella Jongerius, Michael Young).
Des pièces inédites, «hors normes», réalisées dans des matériaux aussi divers que le cuir, la mosaïque, le bois ou l’acétate…
«Oll Korrect».

Tables basses Chèvre de François Azambourg
François Azambourg repense les tables gigognes, avec son trio de tables chèvre.
Le cuir de chèvre est étiré à sa limite. Il enveloppe la structure en bouleau de la table basse, dévoilant son « squelette » interne, révélant sa forme presque animale.

Table basse Crescendo de Pierre Charpin
Pierre Charpin renoue avec la création de pièces en mosaïques italiennes de couleurs avec la table basse Crescendo.
Des ronds de couleur en brillante mosaïque se déclinent du plus petit au plus grand sur une surface blanche immaculée.

Clock de Michael Young
Démonstration littérale du proverbe «Le temps c’est de l’argent», la Clock de Michael Young est composée de billets de 1 dollar, (1US$) pliés dans la tradition de l’origami.
L’horloge est composée de 1 440 billets correspondant aux 1 440 minutes dans une journée.

Console Totem de Jean-Baptiste Fastrez
La console Totem et la table basse Stromboli font suite à la collection de miroirs Mask, composés notamment d’acétate.
Ce matériau, généralement utilisé par les artisans lunetiers, est habituellement retaillé en de multiples pièces de petite dimension.
Mais ici, les plaques d’acétate sont utilisées directement comme élément constructif du mobilier, et interpellent par leur aspect autant synthétique qu’organique.
Elles évoquent une étape intermédiaire entre l’artificiel et le naturel, le choisi et l’aléatoire.
Cette matière chaude et graphique rentre ainsi en contraste avec les matières froides et monochromes avec lesquelles elle est associée: la résine pour la console, le verre et l’aluminium anodisé pour la table basse.