PHOTO | EXPO

Nulle part est un endroit

09 Oct - 19 Déc 2010
Vernissage le 09 Oct 2010

Les artistes réunis ici portent une attention soutenue à des lieux le plus souvent dévalorisés. Il s’agit de représenter ce à quoi aucun système de représentation dominant n’accorde d’importance.

Ziad Antar, Leo Fabrizio, Yan Gao, Karim Kal, Benoît Laffiché, Angèle Laissue, Sébastien Leseigneur, Wen Yang Liu, Francis Morandini, Guillaume Robert, Anne-Lise Seusse, Marie Velardi et, in memoriam, Richard Baquié
Nulle part est un endroit

Commissaire invité: Pascal Beausse.
Comment habitons-nous le monde aujourd’hui ? Une nouvelle génération d’artistes présente ses enquêtes sur des réalités territoriales très précisément situées dans la géographie de notre planète. À chacun des lieux qu’ils explorent correspondent des conditions de vies singulières.

Il s’agit pour ces artistes de porter une attention soutenue à des lieux le plus souvent dévalorisés. Il s’agit de représenter ce à quoi aucun système de représentation dominant n’accorde d’importance. En affirmant une curiosité pour des «ailleurs», non pas exotiques et idéalisés mais des lieux où des formes de vie s’établissent, s’inventent et s’épanouissent.

Il s’agit d’affirmer la richesse et la plasticité de tout lieu, en ce qu’il détermine un écosystème unique. Une nécessité de réalisme critique rassemble ces artistes travaillant avec la photographie, la vidéo et le son. Faire acte de représentation suppose pour eux de faire appel aux champs cognitifs de la sociologie, de l’anthropologie, de l’ethnologie, de la géographie et de l’histoire.

Les modalités plastiques mises en oeuvre vont des stratégies et protocoles documentaires jusqu’à des formes poétiques, en passant par le fictionnement et le récit. «Nulle part est un endroit, c’est le titre en forme d’oxymore poétique d’une sculpture de Richard Baquié (1952-1996), faite de métal, de photo et de verre, et datée de 1989.

Avant sa disparition, le sculpteur était passé à la photographie, qu’il considérait dans son art comme libératrice de la pesanteur de la matière. Un hommage lui est rendu dans l’exposition, par la présence de trois photomontages de la série «Intégrale» (1992). Ces paysages impossibles sont constitués de fragments de paysages photographiés en divers points du globe, comme s’ils rassemblaient le monde entier en un lieu rêvé.

Énoncer que «nulle part est un endroit», c’est affirmer que l’utopie doit aujourd’hui se trouver dans la réalité, y être voulue et construite collectivement, et non pas repoussée toujours plus loin dans les imaginaires idéalistes.

Vernissage
Samedi 9 octobre. 14h30.
À l’occasion du vernissage, le Cpif vous propose un parcours en navette en partenariat avec Les Églises, Centre d’art de la Ville de Chelles. Exposition présentée aux Églises: Cécile Hartmann Supra-Continent.

Navette gratuite sur réservation par téléphone : +33 [0]1 64 72 65 70 ou par email leseglises@chelles.fr

Déroulement
— Trajet Paris/Chelles: départ à 10h45 de Paris, place de la Bastille
— Trajet Chelles/Pontault Combault: départ à 14h des Églises arrivée à 14h30 au CPIF
— Trajet Pontault Combault/Paris: départ à 16h30 du Cpif arrivée à Paris, place de la Bastille à 17h