ART | NUIT BLANCHE

Nuit blanche 2008. No7

04 Oct - 05 Oct 2008

Soixante-dix interventions artistiques métamorphosent, le temps d’une nuit, toute la capitale. Au programme : arts plastiques, installations, projections, concerts, danse, lectures, spectacles vivants ou interventions poétiques et musicales. Tony Oursler, Pierrick Sorin, Shaad Ali, Patti Smith, Gu Dexin, Christian Boltanski, Otto Piene

Tony Oursler, Pierrick Sorin, Shaad Ali, Patti Smith, Gu Dexin, Christian Boltanski et Otto Piene
Nuit blanche 2008. N°7

— Gare du Nord : Tony Oursler
— Gare de l’Est : Pierrick Sorin
— Gare de Lyon : Shaad Ali
— Eglise Saint-Germain-des-Prés : Patti Smith
— Tour Saint-Jacques : Gu Dexin
— Musée d’art et d’histoire du Judaïsme et Maison rouge : Christian Boltanski
— Place de Catalogne : Otto Piene
— Jardins de Bercy : Nuit de l’Europe

Dès sa première édition en 2002, Nuit Blanche, plébiscitée par un public infatigable et curieux, remporte un immense succès. Depuis, le modèle parisien ne cesse de faire école, en Europe et aux quatre coins du globe, de Madrid à Gaza, de Bruxelles à Miami.

Gratuite et ouverte à tous, cette septième « Nuit Blanche » se veut sans sommeil mais certainement pas sans rêves, offrant aux regards émerveillés des noctambules un Paris revisité. Des lieux les plus quotidiens aux monuments qui font la réputation de la capitale, Paris s’illumine des féeries les plus inattendues d’artistes et de créateurs de toutes disciplines.

Cette année, la programmation artistique confiée à Hervé Chandès et Ronald Chammah, propose un parcours centré autour des grandes gares Sncf parisiennes qui, chaque jour, irriguent la capitale d’un flot incessant de passagers.

Essentielles et emblématiques, les gares sont des lieux de brassage et d’activité permanente où l’on passe, le plus souvent pressé, sans prêter attention ni à l’environnement, ni à l’architecture, souvent classée. Cinq grandes gares parisiennes forment cette année les points phares de Nuit Blanche 2008.

Des artistes comme l’américain Tony Oursler (Gare du Nord), le français Pierrick Sorin (Gare de l’Est) ou l’indien Shaad Ali (Gare de Lyon) peuplent les halls, les façades et les quais de leurs sortilèges, invitant chacun d’entre nous à poser un autre regard sur notre quotidien urbain.

Comprenant en outre plusieurs églises et monuments, avec les interventions remarquées de Patti Smith à l’église Saint-Germain-des-Prés ou de Gu Dexin à la Tour Saint-Jacques, le parcours se veut cette année volontairement resserré pour éviter la dissémination au profit de l’impact d’oeuvres de grande qualité.

Avec l’ensemble foisonnant des projets associés (Christian Boltanski au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme et à la maison rouge – fondation antoine de galbert ; Otto Piene place de Catalogne dans le cadre de la saison France – Nordrhein – Westfalen ; la Nuit de l’Europe dans les jardins de Bercy dans le cadre de la Saison culturelle européenne), ce sont au total plus de soixante-dix interventions artistiques qui métamorphosent le temps d’une nuit toute la capitale.

Arts plastiques, installations, projections, concerts, danse, lectures, spectacles vivants ou interventions poétiques et musicales : la liberté, l’humour, la réflexion ou la dérision s’expriment au fil de créations qui, même éphémères, viennent se graver dans la mémoire d’un public émerveillé et surpris par « Nuit Blanche 2008 ».