DESIGN | CRITIQUE

Nucleo

08 Jan - 06 Fév 2010
Vernissage le 07 Fév 2010
PAnne Bony
@13 Jan 2010

Pour la première fois à Paris, la Galerie italienne présente le travail du groupe Nucleo. Le collectif de designers imagine un ensemble mobilier intitulé Primitive qui impose sa blancheur dans l'étroite galerie de la rue de Seine.

Nucleo est fondé par Piergiorgio Robino en 1997 à Turin. En 2004, trois jeunes designers se sont joints à lui: Stefania Fersini, Alice Carlotta Occleppo et Daniele Ragazzo. Ils inventent ensemble Primitive, un mobilier domestique — fauteuil, table, tabouret, lustre et divan — à l’origine d’un environnement surprenant qui semble infini dans l’espace et le temps.

Comme le suggère le titre de la série, Nucleo a le désir de convaincre par la manipulation de formes essentielles. Ce répertoire géométrique et primaire : des parallélépipèdes, permet une composition ouverte. Le groupe introduit la possibilité d’un agencement combinatoire aléatoire, comme un langage informatique et invente avec force et autorité, des objets solides, simples et fonctionnels. Leur démarche tend vers l’abstraction, pour créer un territoire libre, exempt de références historiques.

Le rendu apparent de la surface est intriguant, lisse et imparfait à la fois, la douceur du toucher renvoie à l’idée d’une peau. La technique sert une volonté esthétique, mais aussi une exigence de création artisanale, la main agit sur le revêtement alors considéré comme un vêtement. Chaque pièce est envisagée comme une pièce unique, conçue sans l’usage de la machine. Sur une structure cartonnée en nid d’abeille, les designers posent un linceul de résine époxy non-toxique blanche. Comme un masque liquide mis en forme sur des volumes, les meubles semblent émerger. La blancheur, cette non-couleur, est une mise en abime de la vision, la matière semble présente et absente à la fois, seules les imperfections révèlent les traces du travail artisanal et retiennent le regard. Primitive est un mobilier souple et sensuel, que Nucleo propose pour l’intérieur ou l’extérieur, la résine blanche, sophistiquée et technique, étant d’une virginité inaltérable.

Cet ensemble mobilier d’éléments basiques, de formes élémentaires, évoque le travail suprématiste de Kasimir Malevitch et invoque un lexique architectural et urbain. La série Primitive a une qualité pérenne, conçue hier ou aujourd’hui, elle peut se lire à l’envers ou à l’endroit, semant le trouble dans la perception. La table pourrait aussi bien être proposée à l’envers tant son piètement est suggestif, les sièges invitent à être assemblés comme un jeu de construction. Le lustre en résine blanche est une coupole de cercles croissants généreux qui jouent avec la lumière alternant la matière mâte et brillante. Avec Primitive, Nucleo contribue à une recherche fondamentale, pour une dynamique de création à entrées multiples, inventant un ensemble à lecture ouverte.

Nucleo
— Fauteuils, série Primitive, 2009. Résine Epoxy.
— Lampe, série Primitive, 2009. Résine Epoxy.