PHOTO | EXPO

Nouveau!

30 Juin - 30 Août 2016
Vernissage le 30 Juin 2016

L’exposition «Nouveau!» présentée à la galerie Anne Barrault confronte les univers de six artistes internationaux. Installations, dessins, peintures, photographies et sculptures permettent de découvrir les démarches très variées de figures émergentes de l’art contemporain.

Tiziana La Melia, Guillaume Pinard, Stéphanie Saadé, Dasha Shishkin, Céline Vaché-Olivieri, Alun Williams
Nouveau!

La galerie Anne Barrault accueille six artistes dont le seul point commun est de faire partie des figures émergentes de l’art contemporain. L’exposition «Nouveau!» fait dialoguer leurs univers très différents qui font appel aux installations, au dessin, à la peinture, à la photographie et à la sculpture.

Les installations de Tiziana La Melia abordent la figuration comme l’abstraction et mobilise tour à tour l’écriture, la peinture, la sculpture et la performance. Elles puisent leur inspiration dans la mythologie grecque, les archétypes féminins à travers l’histoire ou encore les tourments de l’adolescence pour orchestrer une réflexion autour du désir et de la passion. Les œuvres refusent le cloisonnement des genres et, accordant une grande place au langage, intègrent l’écriture dans l’espace physique de l’exposition. Des vers poétiques deviennent titre d’œuvre, les mots deviennent de véritables récits qui s’écrivent sur les murs. Elles explorent la possibilité d’un glissement entre langage et forme.

Les grands dessins colorés de Dasha Shishkin sont réalisés sur des surfaces de plastique semi-transparent à l’aide de matériaux divers tels que l’acrylique, l’encre et les crayons de couleur. Par des couleurs pastels aux contours soulignés de noir, ces panneaux représentent des lieux surpeuplés de créatures réelles ou purement imaginaires, des scènes fantastiques où se mêlent le grotesque et le comique. Un monde parallèle qui rejoint celui des contes et des fables, où seule compte l’imagination.

Les sculptures de Céline Vaché-Olivieri sont le fruit d’une démarche guidée par le hasard et l’incertitude. Elles sont réalisées en céramique, un matériau dont l’utilisation comporte une part aléatoire, imprévisible, qui correspond aux motivations de l’artiste. Les pièces résultent ainsi d’un fragile équilibre entre l’incontrôlable et la maîtrise, entre l’accidentel et le déterminé. Elles mettent en valeur l’aspect transitoire des choses, amenées à se transformer dans un flux continuel. Une réflexion sur l’identité des choses, leur valeur et leur originalité s’engage.