DANSE | SPECTACLE

Nouveau Festival. Storing The Winter

02 Mar - 02 Mar 2014
Vernissage le 02 Mar 2014

Dans le cadre du Nouveau Festival, Miguel Gutierrez et Mind Over Mirrors proposent Storing The Winter. Un homme-orchestre derrière sa machine. Un performer improvise une danse d’une fluidité remarquable, portée par la musique. Son et mouvement se nourrissent mutuellement. Jubilatoire, épuré, déjanté.

Miguel Gutierrez, Mind Over mirrors
Nouveau Festival. Storing The Winter

Le solo, Storing The Winter, est en fait un duo. En complicité avec Mind Over Mirrors aka Jaime Fennelly, homme-orchestre combinant harmonium indien et sons électro, Miguel Gutierrez, pieds nus, en jean et tee-shirt, se lance dans une danse fluide, oscillant au gré de la musique, entre nappes harmonieuses et ruptures brutales. Les boucles musicales sont autant de pistes pour les lignes dessinées par l’interprète.

Les deux artistes revisitent dans cette rencontre le lien entre son et mouvement, entre danse et musique et se livrent à une improvisation intense de l’écoute.

Création et performance:
Miguel Gutierrez et Mind Over Mirrors (Jaime Fennelly)
Lumières: Lenore Doxsee

Repères biographiques

Performeur hyperactif de la scène new-yorkaise, plusieurs fois primé, Miguel Gutierrez est aussi chorégraphe, interprète, musicien et l’auteur d’une vingtaine d’oeuvres. La voix est pour lui un mouvement et le corps un vecteur d’émotions et d’idées. Installé à Brooklyn, New-York, depuis 2001, le chorégraphe alterne projets solos, performances et oeuvres collectives. Leur style, toujours explosif, mélange les genres et déjoue les conventions. Des pièces comme I Succumb ou des performances comme Myendlesslove et Retrospective Exhibitionnist témoignent d’un questionnement identitaire récurrent qui va jusqu’à mettre l’identité nationale sur la sellette dans Last Meadow.

Joueur d’harmonium aux sonorités électroniques, Mind Over Mirrors (alias Jaime Fennelly), est un groupe à lui seul. Jaime Fennelly commence à développer son personnage (Mind Over Mirrors), alors qu’il déménage de New York pour se retirer sur une petite île dans l’état de Washington. En utilisant son harmonium indien à pédale, des oscillateurs, et un assortiment d’autres pédales à effet, Jaime Fennelly transforme peu à peu ces musiques répétitives en une somme de sonorités déjantées.

Information

17h
Niveau -1, Grande Salle