DANSE | SPECTACLE

Nouveau Festival. Heavens What Have I Done

27 Fév - 28 Fév 2014
Vernissage le 27 Fév 2014

Avec Heavens What Have I Done, Miguel Gutierrez prend l’espace scénique d’assaut. Dans le cadre du Nouveau Festival, le chorégraphe et danseur se met à nu dans un solo. Miguel Gutierrez se libère des références de l’histoire chorégraphique et nous propose un voyage aux limites de soi, sans concessions.

Miguel Gutierrez
Nouveau Festival. Heavens What have I Done

Exubérant et insatiable, le danseur et performer Miguel Gutierrez a l’humour féroce et l’énergie contagieuse. Il nous entraine avec Heavens What Have I Done, dans un monologue où la digression côtoie la dérision, avant de se transformer en une danse furieuse et mélancolique.

Son personnage porte une perruque du 18ème, des faux cils et son visage est poudré. Il dépasse sans sourciller les lignes formelles qui séparent l’artiste du spectateur: le public devient protagoniste, participant presque à son insu à ce qui se joue sur scène.

Miguel Gutierrez s’amuse des héritages de la grande histoire chorégraphique, pour mieux s’attaquer à la place de l’artiste dans notre société et aux conditions si particulières de création, que l’on soit d’un côté ou de l’autre de l’océan. Un geste politique à la rage poétique.

Création et interprétation:
Miguel Gutierrez
Lumières: Lenore Doxsee
Costumes: Machine Dazzle
Décor: Miguel Gutierrez & Jason Simms
Musique: Vivaldi
Autres artistes: lauréats du prix New York Dance and Performance « Bessie » Award de 2010

Repères biographiques
Performeur hyperactif de la scène new-yorkaise, plusieurs fois primé, Miguel Gutierrez est aussi chorégraphe, interprète, musicien et l’auteur d’une vingtaine d’oeuvres. La voix est pour lui un mouvement et le corps un vecteur d’émotions et d’idées. Installé à Brooklyn, New-York, depuis 2001, le chorégraphe alterne projets solos, performances et oeuvres collectives. Leur style, toujours explosif, mélange les genres et déjoue les conventions. Des pièces comme I Succumb ou des performances comme Myendlesslove et Retrospective Exhibitionnist témoignent d’un questionnement identitaire récurrent qui va jusqu’à mettre l’identité nationale sur la sellette dans Last Meadow.

Informations

20h30
Niveau -1, Grande salle