ART | EXPO

Nourrir le monstre

21 Mai - 18 Juin 2016
Vernissage le 21 Mai 2016

La galerie Anne Barrault expose une nouvelle série de Patrice Killoffer dans laquelle s’exprime en noir et blanc son talent de graphiste qui s’est émancipé du cadre classique de la bande dessinée. Intitulée «Nourrir le monstre», cette série met en scène les visions monstrueuses d’une humanité à la fois aseptisée et exposée à la dégénérescence naturelle.

Reconnu dans le monde de la bande dessinée, le travail de Patrice Killoffer s’est peu à peu éloigné de ses formes conventionnelles pour en renouveler la créativité. Il a donné naissance à un style personnel, dans lequel sa qualité de dessinateur est particulièrement valorisée, jusqu’à élaborer des albums reposant exclusivement sur l’illustration.

Son souci de la valeur artistique du dessin et son intérêt pour le graphisme l’ont amené à aborder d’autres univers que celui de la bande dessinée, tels que l’illustration de presse, la réalisation de décors et de costumes pour des festivals urbains. Son importance dans le panorama artistique contemporain justifie les expositions personnelles qui lui ont été consacrées.

«Nourrir le monstre», la quatrième exposition à la galerie Anne Barrault qui le représente depuis plusieurs années porte bien son titre qui reflète cet aspect monstrueux des dessins de Patrice Killoffer.

Les créations en noir et blanc ont en commun de se nourrir, quasiment au sens propre du terme, d’éléments de corps humains. Associant de simples silhouettes très lisses et blanches à des fragments sombres à la matérialité palpable — formes charnelles indéfinies, visages encombrés d’une peau excessivement plissée —, ces dessins décrivent une humanité partagée entre désincarnation artificielle et authenticité biologique vouée à la décrépitude. Ainsi le dessin Lit qui est composé d’une fine paire de jambes féminines à l’aspect androïde et à talons hauts, associée à une masse de chair ridée aux replis flasques. Ailleurs, une tête entourée de mouches évoque une décomposition déjà à l’œuvre…

Inquiétantes et volontiers repoussantes, les créatures de cette nouvelle série semblent peupler un recoin encore inconnu de l’univers de Patrice Killoffer, telles les visions monstrueuses d’une humanité à la fois aseptisée et exposée à la dégénérescence naturelle.