PHOTO | EXPO

Nothing at all, Modes idiorythmiques de la coexistence

23 Juin - 11 Sep 2016
Vernissage le 23 Juin 2016

Le Palais de Tokyo présente avec l’exposition «Nothing at all, Modes idiorythmiques de la coexistence» le travail collaboratif de David Ryan et de Jérôme Joy. Autour d’un personnage imaginaire, le chasseur de trèfles, se déroule un récit entre fiction et réalité, par le biais de dessins, vidéos, et créations musicales. Un récit qui réenchante le monde avec poésie.

AGENDA / ART
David Ryan, Jérôme Joy
Nothing at all, Modes idiorythmiques de la coexistence

L’exposition «Nothing at all, Modes idiorythmiques de la coexistence» que présentent Jérôme Joy et David Ryan est à la fois une exposition et un récit.Elle se déroule autant dans les espaces du Palais de Tokyo qu’au sein d’un territoire géographique précis situé en Bretagne.
Le dessin, la photographie, la vidéo, et la création sonore et musicale se mêlent dans l’évocation de la vie d’un personnage imaginé, le chasseur de trèfles.

Construit à partir de faits réels, le parcours de ce personnage incarné au fil de ses apparitions par David Ryan, est un moyen de mettre en scène de façon poétique leurs interrogations sur la réalité du monde. Le récit de la naissance et des événements son existence du chasseur de trèfles détourne la autobiographie pour la mêler à la fiction, pour camper un personnage situé lui-même entre le réel et le fantastique. A travers lui, Jérôme Joy et David Ryan explorent les franges du visible et de l’invisible et interrogent la notion de coexistence des mondes.

De multiples détails visent à conférer au chasseur de trèfles une existence concrète: un détail de son manteau aux motifs de fleurs brodés, la photographie de sa chambre de naissance, celle d’une main sur laquelle sont scotchés, au bout de chaque doigt, des trèfles à quatre feuilles séchés… Ces indices de vie réelle côtoient des dessins au fusain sur papier qui offrent du personnage une vision beaucoup plus trouble: ceux de la série Eternal Refuge, dans un noir et blanc brumeux, laissent entrevoir une silhouette mystérieuse, qui semble issue des profondeurs de la nature, d’un autre monde.

Par ces cohabitations, Jérôme Joy et David Ryan réenchantent le monde réel, dans lequel un être évolue entre fiction et réalité. Au fil du récit se dessinent des échanges entre différents niveaux de réalité, notamment par le biais des rêves. Ceux du chasseur de trèfles entrent en interaction avec la vie des personnes qui acceptent de les intégrer dans leur réalité.

Le travail de Jérôme Joy et David Ryan, puisant dans une multitude de média, interroge avec sensibilité et tendresse des enjeux aussi cruciaux que la liberté et la quête du bonheur.

Vernissage
Jeudi 23 juin 2016