PHOTO | EXPO

Nos vieux jours heureux

20 Jan - 27 Mar 2016
Vernissage le 20 Jan 2016

Les «Sun City», villes américaines construites en plein désert réservées aux retraités, proposent des maisons individuelles regroupées autour de golfs et de lieux offrant de multiples possibilités de loisirs. Marion Gambin en a approché quelques-unes en Arizona.

Marion Gambin
Nos vieux jours heureux

Le Château d’Eau présente le travail de la photographe française Marion Gambin, «Nos vieux jours heureux», réalisée en 2013. Avec un choix affirmé du portrait, son approche documentaire nous fait découvrir le concept des «Sun City», ces villes américaines exclusivement réservées aux retraités. Elle a approché quelques unes de ces petites villes d’Arizona, pour en faire le portrait, associant photographies d’habitants et détails des lieux. Les «Sun City» construites en plein désert et dont la moyenne d’âge est de 72 ans, proposent des maisons individuelles regroupées autour de golfs et de lieux offrant de multiples possibilités de loisirs.

«Si le concept est né en Floride dans les années 50, Sun City en Arizona est considéré comme la première ville réservée aux personnes âgées aux États-Unis. Fondée en 1960 par Del Webb, la ville propose aux retraités (à l’époque, l’âge de la retraite tournait autour des 55 ans) des maisons individuelles regroupées autour de golfs et de “recreation centers”, lieu offrant de multiples possibilités de loisirs. Pour l’époque, c’est un vrai luxe. Pour autant, les tarifs sont très compétitifs et ce pour une raison simple: Sun City a été construit en plein désert, là où les terrains ne valent pas grand chose.»

«Aujourd’hui Sun City, qui a vu ses petites sœurs grandirent à ses côtés – Sun City
West, Sun City Grand, Sun City Festival – compte plus de 40 000 maisons. Désormais, ce type de ville (plus ou moins excentrique selon la région) est répandu sur tout le territoire américain, la plus grande concentration se trouvant bien évidement dans la Sun Belt, là où le soleil brille toute l’année. Ces “retirement communities” attirent non seulement des américains de tous les Etats-Unis, mais également des étrangers. Près de la moitié d’entre eux sont des «Snow Birds», ils ne vivent dans les “Sun City” qu’en hiver, retournant dans leur région d’origine en été, échappant ainsi aux températures extrêmes de l’Arizona en cette saison (en moyenne quarante degrés).»

«Bien que ces villes soient rattachées à l’État où elles sont installées, un grand nombre d’entre elles possèdent des lois spécifiques et fonctionnent de façon parfaitement indépendante. Elles y parviennent grâce à l’énorme quantité de retraités volontaires qui travaillent bénévolement au profit de la ville: des sheriffs aux agents d’entretien en passant par les membres du “board” (sorte d’équipe municipale) ou les vendeurs du magasin de souvenirs. Ce dernier propose aux visiteurs les bijoux, sculptures, peintures, vêtements, etc. confectionnés par les habitants (gratuitement et à leur frais) dans les nombreux clubs que compte chaque ville. Dans les «Sun City», chaque habitant ou presque fait partie d’un ou plusieurs clubs, est bénévole et pratique un sport. En somme, toute la population est finalement très active. Mais les villes doivent faire face à un problème majeur: les gens meurent souvent dans les «Sun City». Les habitants doivent donc en permanence promouvoir leur ville afin de les alimenter en nouveaux arrivants, indispensables pour qu’elles continuent d’exister, et eux avec.» Marion Gambin

Repères biographiques

Né en 1985, Marion Gambin vit et travaille à Paris, France. Photographe indépendante, elle collabore avec la presse et le monde de l’entreprise. Elle aborde la mise en scène, dans un lien étroit avec la réalité, s’approchant alors du docu-fiction. Elle fait partie de la mission photographique France(s), Territoire Liquide.