ART | EXPO

Non peut-être!

25 Jan - 20 Avr 2014
Vernissage le 24 Jan 2014

Xavier Theunis explore les relations entre l’art, l’architecture et le design. Dans ses œuvres il utilise l’adhésif, la découpe et le collage pour revisiter les thèmes traditionnels de la peinture. Chaque exposition est l’occasion, pour lui, de reconfigurer l’espace de présentation de ses œuvres.

Xavier Theunis
Non peut-être!

L’œuvre de Xavier Theunis se caractérise par une esthétique lisse et détachée, qui imbrique de nombreuses références au mouvement moderniste et à l’art minimal. Par le recyclage de chutes d’adhésif, la découpe et le collage, il rejoue avec une rigueur géométrique et un humour distancié les rapports entre l’art, l’architecture et le design dans la lignée de Richard Artschwager ou de John Armleder. Ses dessins, photographies et peintures renvoient à des décors emprisonnés dans un espace bidimensionnel (intérieurs, vases, stores) tandis que ses sculptures décrivent des objets inutilisés, à la perspective souvent tronquée. Par ce jeu d’illusions et de mises en abyme, ces intérieurs factices viennent recomposer l’espace d’exposition.

L’adhésif est un matériau ordinaire, utilisé en communication ou en décoration. Chez Xavier Theunis, il devient un moyen d’expression et de questionnement sur l’illusionnisme pictural. L’artiste s’empare de thèmes volontairement traditionnels et ordinaires — natures mortes, paysages, intérieurs, etc. — et leur impose de légers décalages et basculements picturaux. Il utilise divers procédés de fabrication: collage, imbrication et aplatissement des surfaces, modification de la perspective, jeu d’opacité et de transparence, effet de miroir et de duplication, etc. Certaines de ses œuvres nous évoquent le procédé utilisé par Pablo Picasso dans son œuvre Nature morte à la chaise cannée, mais elles confirment surtout l’omniprésence actuelle du leurre et de l’imitation. Par extension, elles interrogent également les notions de reproductibilité et de dématérialisation des images.

Le Favelas et son martyr restitue un dispositif scénique composé d’un mur et d’une chaise faits de l’agrégation de chutes de bois. Volumes, installations et adhésifs illustrent ce travail de composition visant à produire de nouveaux espaces de représentation. Dans cette optique, l’artiste conçoit un module, une sorte de duplication de l’îlot central, dans lequel sont réunis des «After», œuvres conçues et réalisées à la manière de Xavier Theunis par d’autres artistes à sa demande. Tout est là pour inquiéter notre rapport à l’image et à l’idéologie de l’espace neutre du «White Cube» traditionnel.

Sa pratique évolue peu à peu vers une abstraction et une épuration des formes. Elle participe d’une esthétique du fragment privilégiant les restes et les chutes d’atelier, repentirs et martyrs (des cales destinées à recevoir les dépassements d’usinage).

Pour cette exposition, Xavier Theunis intervient dans la Galerie du MAMAC en proposant une installation in situ. Chaque exposition est une manière pour l’artiste d’interroger les conditions de présentation des œuvres.

Vernissage
Vendredi 24 janvier 2014 à 19h