ART | EXPO

Non-Alignement Pact

24 Oct - 06 Déc 2014
Vernissage le 23 Oct 2014

L’exposition s’organise autour de trois œuvres inédites: Conduit, Equalizing Ramp et Instrument. Elles ont en commun d’engager le corps et permettent d’appréhender le geste de l’artiste, tout comme les conséquences relevant de l’acte de faire. Réalisées à partir de manipulations d’objets, elles évoquent le mythe de l’artiste en tant qu’entité créative.

Adam McEwen
Non-Alignement Pact

Adam McEwen présente ici un ensemble de pièces inédites. Ces trois œuvres, Conduit, Equalizing Ramp et Instrument, ont en commun d’engager le corps. Conduit, tuyau d’acier planté dans une chaise de bureau, crée un axe vertical que l’on imagine pénétrant une forme assise. Equalizing Ramp, rampe inclinée de 5,5 mètres placée contre le mur sous quatre reproductions d’une même page de journal, est un moyen simple de déplacer le regard du spectateur de haut en bas. Instrument, enfin, chaise en plastique aux pieds pris dans des canettes de bière et à l’assise grossièrement découpée, implique un corps piégé: immobilisé soit par les pieds, soit par l’obscure intention ayant provoqué la déchirure de la chaise.

Ces trois œuvres appréhendent celui qui fait, l’artiste, ainsi que les conséquences relevant de l’acte de faire.
Equalizing Ramp mène ou éloigne le regardeur, plus près ou plus loin d’un point de vue fonctionnel: c’est un marchepied visuel qui facilite la lecture de la page accrochée sur le mur et s’adapte à la taille de celui qui regarde; une espèce d’outil démocratisant. La page reproduite est une double-page d’une parution du New York Times de 2012. Les deux titres principaux en sont: à gauche, l’histoire de Jimmy Saville, personnalité de la télévision anglaise qui, pendant quatre décennies, fut loué et encensé pour ses œuvres de bienfaisance en faveur de jeunes enfants et qui, comme on le découvrit après son décès, avait été pédophile et violeur d’enfants en série; à droite est relatée l’histoire de la découverte, dans une ferme anglaise, du squelette d’un pigeon voyageur de la Seconde Guerre Mondiale porteur d’un message écrit dans un code crypté pour que l’ennemi ne puisse pas le comprendre.

Ces histoires sont des sujets récurrents du travail de McEwen: récits qui stagnent sous la surface et refusent de disparaître, faits-divers obscurs et douloureux qui se cachent au vu et au su de tous, codes conçus pour provoquer fourvoiement et malentendu.

Le titre Conduit évoque l’idée du chemin et du rôle de l’artiste comme transmetteur d’une inspiration supérieure. Mais l’axe lisse du tuyau en métal qui traverse la chaise implique également l’éviscération de son occupant. Si quelque chose émanait de la rencontre de ces éléments, il n’est pas sûr que le résultat relèverait de l’inspiration ou de la défécation, du gavage ou de la vidange.

Le titre Instrument fait écho à la notion biblique de messager divin: le prophète en tant qu’humble outil et simple instrument d’un pouvoir supérieur. Mais le mot «instrument» semble ici faire référence à la chaise comme instrument de torture, une chaise qui est elle-même piégée et piège à la fois, en une sorte d’accolade castratrice.

Ces œuvres évoquent toutes trois le mythe ou le rêve de l’artiste en tant qu’entité créative, et envisagent cette idée en mêlant détachement ironique et aspiration sincère.

Adam McEwen est né en 1965 à Londres. Il vit et travaille à New York.